Sécurité : Les clés d’un chantier sans dangers


int(0)

Sur un chantier, les risques sont nombreux. Et l’autoconstruction ne déroge pas à la règle.

Prévention, bons équipements, consignes de sécurité, bonnes postures et organisation sont les clés pour assurer la sécurité de tous·tes.

C’est une expérience dont Olivier Carpentier se souviendra longtemps. Lui qui pensait avoir tout prévu en termes de sécurité sur le chantier d’autoconstruction de sa maison, en Ille-et-Vilaine, a vu son doigt arraché par la bétonnière de seconde main qu’il s’était procurée. ;« Il manquait le clapet de protection sur l’engrenage. Je faisais très attention quand elle était en marche. Mais, en la nettoyant alors qu’elle était éteinte, je l’ai fait tourner manuellement, mes gants ont glissé et ma main a été prise au piège. Sans gants, j’aurais sûrement perdu ma main », raconte-t-il.; « Ces choses arrivent malheureusement, surtout avec du matériel d’occasion », prévient Roselyne Laurent, l’architecte qui a dessiné les plans de la maison d’Olivier.

Préparer l’accessibilité

Sur un chantier, le risque zéro n’existe pas. Il est d’autant plus important chez les autoconstructeurs, dont ce n’est pas le métier. Du fait de leur légèreté, tronçonneuses et disqueuses, notamment les petites, sont souvent tenues à une main et sans bons appuis, augmentant le risque de se couper. Les scies circulaires et leur possible retour de lame sont aussi particulièrement dangereuses. 

Christelle Dupont, encadrante de chantiers participatifs terre-paille en Bretagne et en Pays-de-la-Loire et cofondatrice de l’association Botmobil, mise sur la prévention. Avant le chantier, l’artisane fournit aux porteurs de projet une liste détaillée du matériel (dont l’essentiel extincteur) et des outils nécessaires, ainsi qu’une pharmacie à prévoir pour les premiers soins (voir encadré p. 66). « Nous envoyons aussi un document résumant les consignes de sécurité sur un chantier; les usages appropriés d’éléments tels qu’escabeaux, échelles, outils électroportatifs. Avec les autoconstructeurs, nous préparons l’accessibilité du chantier avant l’arrivée des bénévoles pour qu’il se déroule dans de bonnes conditions. Si le terrain est cabossé, on l’aplanit. Si la maison est construite sur pieux, ou pas au même niveau que le sol extérieur, on fabrique une rampe en bois solide et stable. Cela évite d’avoir à enjamber une structure ou de marcher sur deux parpaings empilés », indique-t-elle.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Retrouvez cet article dans le Hors-série n°18 : Guide pratique de l'autoconstruction

Organiser le chantier, Maîtriser budget et planning, Se faire accompagner. Techniques, matériaux, équipements : Faire les bons choix.
Un guide complet pour vous accompagner tout au long de vos projets
Disponible à partir du 26 octobre 2022
...

Frais de port : France Métropolitaine : 1 à 2 numéros = 1,50 €/magazine 3 magazines et plus : offerts

Version numérique : Retrouvez vos numéros enrichis de bonus, en ligne ou sur l'application. Téléchargez ou imprimez-les si besoin.

Si vous êtes abonné ce numéro fait peut-être partie de votre abonnement. Pensez à regarder dans Mon compte > Mes abonnements



Feuilleter
Hors série 18 La Maison écologique, Guide pratique de l'autoconstruction