Avis d’expert.es : VMC double flux d’entrée de gamme : qu’en disent les experts ?

VMC double flux d'entrée de gamme AVIS EXPERT La Maison écologique 128

Naturelle ou mécanique, simple ou double flux, ou encore simple ouverture de fenêtres, le choix de ventilation est un sujet récurrent et questionne toujours autant. Le prix aussi est parfois un frein. Qu’en est-il de la VMC double flux d’entrée de gamme ?

Il est des jours où parviennent au magazine des questions techniques de nos lecteurs, apparemment anodines, mais qui suscitent des débats passionnants au sein de la rédaction et jusque chez les experts de nos domaines de prédilection. C’est le cas de ce message de Brigitte qui nous dit avoir « découvert l’existence d’une ventilation mécanique double flux à moyen rendement fabriquée en France, l’Autogyre Renouvel’air df 70. Le rendement de 70 % semble vraiment léger mais je me demandais si au regard du prix de la machine (389 €), il n’y avait pas tout de même un intérêt à l’utiliser en alternative à une VMC simple flux hygro B ». 

Tout d’abord, merci Brigitte d’avoir lancé ce sujet dont l’importance augmente avec la prise en compte de l’étanchéité à l’air dans les travaux d’isolation en construction et en rénovation.

En effet, l’éligibilité aux aides en rénovation, mais aussi le respect des réglementations RT2012 et désormais RE2020 enjoignent à construire et rénover des bâtiments qui tendent à devenir « étanches à l’air », c’est-à-dire avec le minimum de fuites d’air non maîtrisées.

L’étanchéité à l’air, une mesure de sobriété et d’efficacité

En premier lieu, et comme l’explique le foisonnant site Internet du bureau d’études thermiques Fiabitat, « l’équation “j’ajoute de l’isolant = je réduis ma consommation de chauffage” est trop simpliste pour les constructions basse consommation. Investir dans une isolation conséquente et maintenir une surface de fuites importante n’apporte aucun gain, si ce n’est pour le vendeur de matériaux ». Dans la note technique d’Enertech(1) « L’étanchéité à l’air des bâtiments : pourquoi et comment faire ? », Olivier Sidler explique qu’une petite variation de 1 vol/h (sous une pression de 50 Pa au test de la porte soufflante) conduit à une augmentation de la consommation de 4 kWhEP/m².an : « Lorsque les besoins de base étaient de 200 kWhEP/m².an, les défauts d’étanchéité ne se voyaient pas. Mais lorsqu’on vise des bâtiments performants aux besoins de l’ordre de 20 ou 30 kWhEP/m².an cela devient prépondérant. »

Dans une démarche d’économie d’énergie, un système de ventilation double flux est une mesure d’efficacité énergétique très importante ; l’air vicié chaud transmet ses calories à l’air neuf plus froid entrant (en hiver tout du moins). Mais les contraintes techniques (réseau important de gaines, calibrage des débits d’air, emprise du caisson de ventilation, maintenance et entretien) et financières (l’installation d’un caisson double flux et des réseaux d’extraction et d’insufflation monte rapidement à plus de 5 000 € HT) font souvent pencher la balance du côté de réseaux simple flux, moins onéreux, mais sans récupération des calories.

Quid de la ventilation naturelle double flux ?

Plusieurs architectes et bureaux d’études sont capables de concevoir des réseaux de ventilation naturelle double flux, avec un tirage mécanique (sans moteur électrique). Mais ces réalisations se cantonnent pour l’instant aux bâtiments de grande envergure, généralement hors logement(2). Les principales problématiques viennent de la variabilité des vents, de la grande emprise en volume des cheminées de tirage et des conduits internes afin d’assurer des débits de renouvellement d’air suffisants.


Equipement : Installer et entretenir une VMC double flux

vmc

Autoconstructeurs débutants, s’abstenir ! Poser une VMC double flux requiert expérience et précision pour s’assurer une ventilation sécurisée, efficace et non bruyante.

Une VMC double flux a plusieurs avantages

Une ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux a plusieurs avantages. Elle permet d’évacuer l’humidité excessive ainsi que les polluants contenus dans l’air intérieur de l’habitation, le tout selon un fonctionnement automatique. Terminés les inconvénients thermiques d’une VMC simple flux ou d’un extracteur. Ici, les calories de l’air sortant sont récupérées par l’air entrant via un échangeur.

Il est recommandé aux autoconstructeurs d’être accompagnés

Installer un tel équipement requiert d’être expérimenté. Étant donné la complexité de l’installation et le coût de l’investissement, il est recommandé aux autoconstructeurs d’être accompagnés par un professionnel pour le dimensionnement et le plan du réseau (nombre de bouches par pièce, taille des gaines, débit de ventilation, etc.), puis pour la mise en service si l’on veut obtenir une ventilation efficace et éviter les déboires (soufflerie bruyante consécutive à une vitesse de circulation de l’air trop élevée, etc.).

Un disjoncteur C10 indépendant affilié au caisson de VMC est obligatoire afin d’éteindre la ventilation en cas de départ de feu. Bien entretenue, une VMC double flux peut avoir une durée de vie supérieure à 20 ans (contre trois ans si elle n’est pas entretenue), d’où l’intérêt de choisir une centrale dont les pièces (ventilateur, échangeur) sont facilement réparables. Une maintenance régulière, par un professionnel, tous les deux ans est bienvenue.

Matériel

• Caisson de la VMC

• Gaines semi-rigides

• Coudes

• Réducteurs de section

• Manchettes de bouche

• Bouchons

• Sorties de bouche

• Adhésif d’étanchéité à l’air

• Si isolation du caisson : OSB, vis à bois, laine de bois semi-rigide 80 ou 100 mm

Outils

• Cutter

• Visseuse

• Perceuse

• Débitmètre

• Si isolation du caisson : scie à bois, scie circulaire


Cahier pratique : Entretenir sa VMC simple flux

Entretenir sa vmc

Entretenir sa VMC

Une ventilation silencieuse se fait vite oublier, pourtant son entretien est essentiel à son efficacité et à sa longévité.

Une ventilation mécanique contrôlée (VMC) a pour objectif de renouveler l’air intérieur de l’habitation afin d’en extraire l’humidité excessive, les odeurs ainsi que les polluants. Les modèles à simple flux aspirent l’air des pièces dites sèches (chambres, salle à manger, salon) vers les espaces plus humides (WC, salle de bains, cuisine) jusqu’à l’extérieur, via un caisson motorisé électrique. Tout ce circuit, aérien entre pièces sèches et humides, puis dans des gaines en plastique jusqu’à l’extérieur, doit être propre et bien disposé afin que le flux d’air soit opérant et suffisant.

La vigilance est de mise

Si des traces d’humidité apparaissent dans l’habitation, autour des menuiseries ou au coin des pièces, si l’ambiance devient inconfortable (difficulté à se réchauffer) ou que la VMC émet un bruit de souffle plus conséquent, c’est sans doute que son fonctionnement est altéré. Voilà pourquoi il faut garder un œil et une oreille attentive à cet équipement. En outre, nombre d’incendies dans les combles s’expliquent par un échauffement du moteur de ventilation, dû par exemple à un recouvrement accidentel du caisson.[…]

Ma VMC fait du bruit

En principe peu incommodante si elle est bien installée, devient plus sonore (souffle), plusieurs causes peuvent être explorées. Le nettoyage des bouches et des gaines a-t-il été fait régulièrement ? Les clapets des bouches d’extraction sont-ils coincés en position basse (il existe sur certaines un mode « boost » pour lequel l’ouverture est plus large) ? Un objet est-il tombé sur une gaine réduisant son diamètre ?

Le détalonnage, quésaco ?

Dans le cas où le niveau du sol de certaines pièces a été modifié, il faut s’assurer que l’espace sous les portes reste suffisant pour permettre le passage d’air nécessaire à la ventilation des pièces. Comptez 1 cm dans les pièces sèches et 2 cm à l’entrée de la cuisine.


Énergie

VMC

Inspirez ! Expirez ! La maison aussi a besoin d’air.

Trop souvent négligée, la ventilation est pourtant primordiale pour la santé du bâtiment mais aussi pour la vôtre. À l’heure des économies d’énergie, il faut pourtant savoir la maîtriser car c’est également une source importante de déperdition de chaleur. Vmc simple flux hygroréglables, vmc double flux, derrière ces mots barbares se cachent des équipements indispensables qu’il faut apprendre à connaître.