Cahier pratique : Calade en terre cuite de réemploi



L’art de la calade a de quoi faire son retour.

La multiplication des déconstructions et matériauthèques permet de la remettre au goût du jour. Dans le cadre d’une rénovation, tuiles plates, tomettes ou briques de terre cuite récupérées peuvent être réutilisées pour créer une terrasse à motif. 

Après avoir terrassé l’endroit, un muret de briques périphérique sera monté pour retenir la calade. Il peut être réalisé à niveau de la future terrasse. Le sol sera préparé de manière légère avec gravier et sable. Pas besoin de chape de chaux ni de géotextile sous les pierres. En plus de réemployer des matériaux existants, cette calade a donc l’intérêt de ne pas perturber la vie du sol en n’entravant pas l’écoulement ni le ruissellement des eaux de pluie. 

Le recours aux briques et tomettes traditionnelles, dont les teintes varient souvent d’une pièce à l’autre, permet en outre de créer des motifs à volonté. Les pièces choisies devront être solides et ne pas montrer de signes de porosité qui pourraient compliquer la pose et nuire à la solidité de la terrasse. 

Le choix du motif de la terrasse, en chevrons, a demandé pas mal de calage avant de trouver la bonne méthode de répétition du motif. Certaines briques étaient également émaillées, ce qui leur confère un aspect noir sur les photos. Au total, 800 tomettes et 1 100 briques ont été utilisées pour 17 m2 de terrasse, réalisée en chantier-école dans le cadre de la rénovation expérimentale du Costil, en Normandie.


Les revêtements de sol naturels

revêtements de sol naturels

Fibres végétales, bois, pierre, terre, linoleum… A chaque pièce son sol écolo.

C’est souvent un casse-tête et c’est pourtant la touche finale de tous les chantiers. La touche qui donnera du caractère à une pièce tout en facilitant son entretien. Mais selon quels critères choisir ses revêtements de sol ? Laurence Jovet, architecte d’intérieur, conseille de « retenir quatre paramètres principaux pour le choix des revêtements de sols : l’usage, avec des contraintes de passage ou d’humidité ; l’esthétique, c’est-à-dire l’ambiance qu’on souhaite pour la pièce ; la contrainte de prix et, enfin, la qualité écologique des produits ». Malgré cela, le choix reste large. Et d’autres caractéristiques sont à mettre dans la balance, par exemple l’influence du sol sur le confort de l’occupant. Même sans avoir la bougeotte, entre 1 500 et 2 000 pas sont réalisés par jour et par personne à l’intérieur d’une habitation individuelle, soit un peu moins de 1 km. La plupart du temps nus pieds, en chaussettes ou en chaussons. En contact constant avec nos petits petons, le sol est un allié direct du confort intérieur. Et l’inverse d’une sensation de confort, c’est la fameuse sensation de froid ressentie à la sortie de la douche sur un carrelage.


choisir ses matériaux pour construire

choisir ses matériaux pour construire

Bien choisir ses matériaux pour construire.

Les réglementations thermiques successives ont rendu nos maisons bien moins gourmandes en énergie. Cependant, l’énergie nécessaire pour construire un bâtiment, dite énergie grise, reste constante, si bien qu’il faut environ 60 ans pour que la consommation en chauffage égale l’énergie grise d’une maison RT 2012 ! Pour qu’une maison soit écologique, il ne suffit donc pas de diminuer ses consommations : le choix des matériaux qui la constituent est essentiel.

Règle n°1 : choisissez-les locaux, peu transformés et facilement recyclables.

Nombreux sont les matériaux écologiques à pouvoir constituer des murs porteurs : terre (crue ou cuite), bois, paille, pierre, béton cellulaire…Il faudrait un, voire plusieurs livres entiers pour décrire toutes les techniques existantes. Mais ce dossier a été pensé et conçu pour donner un aperçu des solutions les plus fréquentes en écoconstruction. Quels critères peuvent guider votre choix vers tel ou tel système constructif ?


Chambre d’enfant : aménagement, décoration, mobilier… comment choisir ?



Voici pour la première fois un article transversal. En effet, depuis le premier numéro nous enquêtons sur des matériaux, des produits, des techniques, ainsi que des problèmes sanitaires liés à l’habitat. Or, ce dossier reprend de nombreux thèmes par le biais d’un seul sujet : la
chambre d’enfant.

Pourquoi les enfants ? Parce que nos enfants sont plus fragiles que nous, adultes. Nos enfants sont notre bien le plus précieux. Nos enfants sont le monde de demain. Et aujourd’hui, on peut dire en rougissant que l’état dans lequel nous allons leur laisser la planète est beaucoup moins bon que celui dans lequel elle nous a été confiée.

Alors, concevoir une chambre saine pour eux, pour ceux qui vont la faire et pour la planète ce n’est pas du luxe. C’est même une
première étape essentielle pour s’éveiller à la vie.


Pas à pas

sol en terre cuite sur une dalle en chaux

Dernier épisode : le sol en terre cuite sur une dalle en chaux. Ça y est, quand le facteur déposera ce magazine dans votre boîte aux lettre,
Cathy, Thierry et leurs trois enfants, seront bien au chaud dans leur maison.

C’est donc la fin de la rubrique pas à pas, commencé l’année dernière. Pour cet ultime épisode, Thierry nous explique comment le sol a été terminé.

Nous reviendrons en détail et en pratique sur plusieurs étapes de ces finitions, mais cette fois-ci dans la rubrique la main à la pâte. En attendant, penchons-nous sur le sol.


Faites-le vous même

terres cuites

Isoler le sol et poser des terres cuites.

En rénovation écologique, le choix pour isoler le sol est plutôt restreint. Lorsque s’ajoute un risque important de remontée capillaire, les diverses options s’amoindrissent encore. Visite sur un chantier sol rénové en filière sèche…