Rénover : Rénovation, extension, surélévation une maison passive en trois temps

Renover maison passive

Rénovation, extension, surélévation

Adapter son logement à l’arrivée des enfants plutôt que s’éloigner du centre-ville, c’est le choix de cette famille qui voulait vivre sans voiture. Dix ans et deux agrandissements plus tard, leur deux-pièces girondin est devenu une maison passive.

Nous avions 25 ans et une envie folle de mettre en pratique pour nous-mêmes ce que nous préconisions aux autres», se souviennent Delphine et Mat­thieu, deux Bordelais arrivés au terme d’une longue aventure constructive.
Mais à partir d’un petit deux-pièces insalubre, ils ont bâti une maison passive de 135 m2 sur deux niveaux. Un projet ambitieux en trois étapes et trois matériaux.
Difficile de trouver le terrain adéquat dans la métropole bordelaise; d’autant plus quand les agences immobilières ne comprennent pas les critères recherchés par des clients formés au bioclimatisme. Mais en août 2009, il dénichent la perle rare à Talence : une maison de style échoppe de 45 m2, construite vers 1920 et orientée sud-est, sur un joli terrain de 350 m2 « La maison était dans un très grand état d’insalubrité. Tout était à refaire», décrit Delphine, conseillère info-énergie à la CLCV, membre du réseau Faire.
De l’existant ne seront conservés que les quatre murs extérieurs et le toit. Dalle, murs, charpente; en seule­ment un mois et demi, tous les matériaux sont mis à nus et la maison, isolée pour que les deux autoconstructeurs puissent emménager. Déplacée sur le passage latéral, l’en­trée est devenue un espace central qui délimitera les par­ties jour et nuit une fois l’extension réalisée.
Visant les performances énergétiques des bâtiments pas­sifs, les propriétaires soignent d’em­blée l’isolation. Mais côté rue au nord, les menuiseries sont remplacées par des fenêtres en bois à triple vitrage. La porte d’entrée, à l’est, en bois et double vitrage est aussi choisie pour ses performances.


Surélévation écologique pour l’amour du bois

surélévation écologique en bois à Rennes en Bretagne. crédit 10i2LA

[VIDEO] Inconditionnels du matériau bois, Dominique et Jean-Yves l’ont sublimé dans leur surélévation à Rennes, en Ille-et-Vilaine. En n’occultant surtout pas les traces de la matière et de son histoire.

« Je me méfie de l’écologie politique, même si je l’ai fréquentée de près. Car elle donne parfois des choses très étonnantes, récupérée par les lobbies technologiques… Mais de manière pratique, il y a des choses à faire », revendique Jean-Yves Cairon, adepte de très longue date de l’écologie pratique. Alors quoi de plus concret que de transformer une maisonnette construite à la va-vite juste après-guerre en une habitation deux fois plus haute, moderne, économe en énergie et constituée de matériaux biosourcés ? « Eh oui, les vieux ont encore des projets ! », rigolent Jean-Yves Cairon, 69 ans, et Dominique Beyot, 60 ans. En outre, ces anciens infirmiers en psychiatrie ont réalisé une grande partie des travaux de surélévation eux-mêmes. Après le montage de la structure isolée préfabriquée en atelier. Cette surélévation a été conçue par les architectes locaux de 10i2LA.

Lire la suite