Territoire : Dispositif innovant pour rénovations performantes

maison rénovée via Dorémi

La société Dorémi promeut depuis 2011 les rénovations énergétiques globales, et en une seule fois. Efficace.

Quand s’échauffent des cerveaux dans un bâtiment suffisamment isolé, étanché, ventilé, aucune condensation n’embue les carreaux. L’air reste sain et le besoin de chauffage, moindre. Les bureaux rouge brique de l’Ineed, pépinière d’entreprises à la performance énergétique d’avant-garde(1) située à Alixan, dans la Drôme, sont propices aux réflexions des membres de Dorémi(2). Depuis 10 ans, cette société développe l’accès à la « rénovation complète et performante », en ramenant en une seule fois des bâtiments d’avant la première réglementation thermique de 1975 à un niveau BBC(3). Une méthode qui s’oppose à la « rénovation par étapes », comme le simple changement de fenêtres ou de système de chauffage, qui aboutit souvent à « des moisissures, la détérioration de la qualité de l’air, des pathologies dans les murs… », se désole Vincent Legrand, directeur général de Dorémi.

Valence-Romans appuie Dorémi

Conçue comme un réseau, la société Dorémi compte quatre agences en France et 50 collectivités partenaires. Mais la Drôme reste son territoire pilote. Plus particulièrement les 54 communes de l’agglomération de Valence-Romans et leurs 65 000 logements d’avant 1975; « À Valence, les quartiers du Petit et du Grand-Charran présentent une qualité de vie intéressante avec des écoles, des commerces… Mais comptent beaucoup de pavillons des années 1960, décrit Annie-Paule Tenneroni, adjointe au maire en charge de l’habitat et du logement.

On aimerait y attirer de jeunes ménages, mais le coût potentiel des travaux de rénovation les effraie ».  Certains préfèrent donc construire neuf en périphérie, au grand dam de l’élue.; « On ne peut pas demander aux gens de manger local et priver les agriculteurs de leurs terres au profit de l’étalement urbain. » Pour ces raisons et pour répondre à l’objectif de neutralité carbone en 2050, le territoire investit pour la rénovation énergétique en s’appuyant notamment sur Dorémi.


Rénovation énergétique : vers un échec massif !

rénovation énergétique

Dans une récente étude, Olivier Sidler, expert en énergétique du bâtiment et porte-parole de l’association négaWatt, alerte sur l’impossibilité d’atteindre les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) en matière de rénovation. Le projet de loi Climat et résilience est largement en-dessous des besoins : absence d’obligation de rénovation performante, définition au rabais de ce que constitue une rénovation performante, etc.

La stratégie actuelle va “tuer le gisement d’économie d’énergie” et ainsi empêcher l’atteinte à terme d’un parc rénové à un niveau Bâtiment Basse Consommation, socle incontournable pour une trajectoire vers la neutralité climatique. L’étude alerte également sur la nécessité de mieux prendre en compte les consommations et l’impact des matériaux utilisés lors des opérations de rénovation et de construction.

Téléchargez l’étude complète (pdf – 44 pages)

Pour une synthèse, rendez-vous sur cet article du blog Incub.

photo © Henry & Co on Unsplash


Rénover : Résistance thermique



A 190 ans, Mamie fait de la résistance thermique…

Nous cherchions depuis quelque temps un bâtiment ancien, avec des pierres apparentes, pour le cachet, explique Jérôme Lebreton qui, avec sa campagne, a fait l’acquisition de cette ferme à rénover fin 2014. Pour lui, la quête d’authenticité se doublait d’un véritable défi : rendre durable une bâtisse construite en 1830. “Je voulais à la fois vivre dans une maison faite de matériaux sains et montrer qu’il est possible de réaliser une rénovation performante” avec une construction ancienne, explique-t-il.

Aujourd’hui, le résultat est là. Pour chauffer la maison en hiver, 2,5 stères de bois suffisent, contre 3 000 litres de fioul auparavant. “Quand j’ai vu la taille du poêle, j’était un peu sceptique, avance Clémence Chapeau, qui a longtemps vécu dans une vieille bâtisse rénovée inchauffable. Finalement, il suffit largement. On chauffe peu et c’est très confortable qu’une maison neuve. C’est idéal.” La faible quantité de bois consommée rend le travail de découpe et de stockage peu pénible, d’autant que Jérôme et Clémence ont un accès facilité à cette ressource ; ils ont coupé un arbre sur leur terrain qui leur permettra de se chauffer pendant deux hivers et ils pourront ensuite compter sur des membres de leur famille pour trouver du bois.

Il a fallu deux ans à Jérôme pour boucler ce chantier. “Je ne travaillais que les soirs et week-ends, précise-t-il, sachant que j’ai parfois un peu diminué mon activité professionnelle pour avancer sur le chantier.” Titulaire d’une licence professionnelle en énergie renouvelable et maîtrise de l’énergie, Jérôme Lebreton fait à longueur d’année de la formation pour les professionnels du bâtiment et de l’accompagnement à maîtrise d’ouvrage pour les particuliers, dans le neuf et la rénovation.” Ma démarche est de faire des bâtiments exemplaires, d’aller toujours plus loin énergétiquement et environnementalement, confit-t-il. Après, il faut bien sûr tenir compte des limites techniques et budgétaires.


Rénover : démarche coopérative de rénovation

démarche coopérative de rénovation

Un nouveau cocon pour le pavillon

Marie France et Robert ont été parmi les premiers à adhérer à la démarche coopérative de rénovation des pavillons des années 1970 de leur quartier, dans l’agglomération de Nancy (54). Ainsi, ils ont atteint un haut niveau de performance thermique et gagné en confort.

Il y a trois ans, Marie-Fance, 73 ans, et Marcel, 75 ans, ont bouclé l’audacieuse opération de rénovation énergétique de leur pavillon à Villerslès-Nancy. Grâce à ce qui était à l’époque l’une des plus grosse opérations d’habitat social individuel réalisée en Europe, le couple a redonné un coup de jeune à cette maison de 135 m2 habitables aux piètres performances thermiques, nichée dans le quartier de Clairlieu, une paisible enclave urbaine dans la forêt.

 


Extension d’un immeuble

extension d'un immeuble

L’immeuble grandit d’un étage.

Quitte à rénover et isoler ce petit collectif défraîchi, Hélène et Rémy en ont rehaussé le toit pour transformer le grenier en un nouvel appartement, moderne et très économe en énergie.

Aujourd’hui retraités, Rémy et Hélène Loewert tenaient une blanchisserie réputée en Alsace. « On utilisait beaucoup d’eau et de calories, se souviennent-ils. C’était déjà un combat ; faire de bons résultats en utilisant moins de ressources. » Alors quand ils rachètent cet immeuble à la commune de Kaysersberg, une nouvelle bataille s’engage. « Construit en 1961, il n’avait pas bougé depuis, raconte Rémy, 68 ans. Énergétiquement, c’était une passoire ; extérieurement, il n’était pas beau. » Le couple contacte alors l’architecte Jean-Luc Thomas. « L’immeuble comprenait deux logements sur des garages en sous-sol, retrace ce dernier. Quitte à isoler la toiture, autant en profiter pour créer un troisième logement à la place du grenier. Avec le renouveau esthétique, ils ont ainsi fait d’une pierre trois coups ! »


L’appartement s’agrandit, la facture de chauffage rétrécit!

Rénovation écologique d'un appartement duplex basse consommation. crédit Gwendal Le Ménahèze

[VIDEO] La rénovation écologique de cet appartement du centre-ville de Lyon a transformé un logement vieillissant en duplex contemporain. Par la même occasion, la passoire thermique est devenue logement basse consommation.

Quand ils emménagent dans cet appartement en 2006, Anne Berger et Étienne Vienot en sont locataires. Naît ensuite leur premier enfant, Aimé. Puis Lucie, suivie de Zoé. « Ça ne tenait plus. On a donc pensé à déménager, se souvient le couple. Mais on aimait bien le quartier et cet appartement avait du potentiel. » Dans le quartier des Pentes de la Croix Rousse, l’immeuble est en secteur classé par les Bâtiments de France. Il a été construit dans les années 1820-1830 en plein centre-ville de Lyon. A l’époque, l’essor de l’activité textile attirait en nombre les canuts – ouvriers de la soie. « Ils vivaient et travaillaient dans ces ateliers. Ils étaient propriétaires de leur outil de travail, retrace Étienne. Comme ils utilisaient les très hauts métiers à tisser Jacquard, les hauteurs de plafond étaient conséquentes. » Ajoutées aux greniers, tout prêtait à transformer cet appartement en un confortable duplex.

Lire la suite


Rénover : un duplex basse consommation

duplex basse consommation

L’appartement s’agrandit, la facture de chauffage rétrécit !

Dans un immeuble du centre-ville de Lyon, l’appartement vieillissant d’Anne, Etienne et leurs trois enfants s’est mué en un duplex contemporain. Par la même occasion, la passoire thermique est devenue logement basse consommation.

Lorsqu’ils emménagent dans cet appartement en 2006, Anne Berger et Étienne Vienot en sont locataires. Naît ensuite leur premier enfant, Aimé. Puis Lucie, suivie de Zoé. « Ça ne tenait plus, on a donc pensé à déménager, se souvient le couple. Mais on aimait bien le quartier et cet appartement avait du potentiel. »

 


Territoire : Eco-défi Clairlieu

scic clairlieu

Rénover groupé, l’envol des pavillons

Le défi que s’est lancé un groupé d’habitant de Villers-lès-Nancy, est à la hauteur des enjeux climatiques du moment. Ils ambitionnent de rénover aux standards BBC (bâtiment basse consommation) un lotissement de 1 328 pavillons ! En effet, les maisons ont été bâties entre 1971 et 1974 dans le quartier de Clairlieu, une paisible enclave urbaine dans la forêt, mais surtout, à l’époque, une des plus grosses opérations d’habitat social individuel en Europe. Peu isolées, les maisons consomment 249 kWh/m².an en moyenne pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire ! Cependant, leur uniformité a fait naître l’idée d’une solution de rénovation thermique reproductible…


La rénovation énergétique a un plan !

infographie rénovation énergétique

Après les plans B et les systèmes D, voici le Plan rénovation énergétique.

Présenté par Nicolas Hulot, Ministre pour la Transition écologique, le 24 novembre 2017, le projet consiste à améliorer les performances thermiques du parc immobilier français d’ici 2050. Si de nombreuses pistes sont avancées, rien n’est encore joué. Les concertations perdureront jusqu’à fin janvier. Et chacun peut y participer ! Explications en infographie…

Lire la suite


Toujours pas isolé ? Un comble ! – Vos questions sur l’isolation

Conseils d'experts pour isoler votre maison - rénovation

Lorsqu’on achète une maison, à quoi être attentif concernant la qualité de l’isolation ? Vaut-il mieux privilégier l’isolation par l’intérieur ou par l’extérieur ? Que penser des offres d’isolation des combles à un euro ? Qu’est-ce que le sarking ? Les experts des Clés de la Rénovation vous aident à y voir plus clair, et à mener votre projet de rénovation dans les règles de l’art !

Vincent Vanel, co- fondateur associé Greenation et Charline Léger Conseillère info énergie ALEC Ouest Essonne, ont répondu à vos questions sur le sujet de l’isolation dans l’émission web Les Clés de la Rénovation du 8 novembre dernier.

Minutage des questions sur le sujet Isolation

  • 1’55 Pourquoi isoler son logement, quels bénéfices en termes de confort et d’économies d’énergie ?
  • 3’20 Par où commencer ses travaux d’isolation ?

Lire la suite