Rénovation énergétique : vers un échec massif !

rénovation énergétique

Dans une récente étude, Olivier Sidler, expert en énergétique du bâtiment et porte-parole de l’association négaWatt, alerte sur l’impossibilité d’atteindre les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) en matière de rénovation. Le projet de loi Climat et résilience est largement en-dessous des besoins : absence d’obligation de rénovation performante, définition au rabais de ce que constitue une rénovation performante, etc.

La stratégie actuelle va “tuer le gisement d’économie d’énergie” et ainsi empêcher l’atteinte à terme d’un parc rénové à un niveau Bâtiment Basse Consommation, socle incontournable pour une trajectoire vers la neutralité climatique. L’étude alerte également sur la nécessité de mieux prendre en compte les consommations et l’impact des matériaux utilisés lors des opérations de rénovation et de construction.

Téléchargez l’étude complète (pdf – 44 pages)

Pour une synthèse, rendez-vous sur cet article du blog Incub.

photo © Henry & Co on Unsplash


Territoire : Dispositif innovant pour rénovations performantes

maison rénovée via Dorémi

La société Dorémi promeut depuis 2011 les rénovations énergétiques globales, et en une seule fois. Efficace.

Quand s’échauffent des cerveaux dans un bâtiment suffisamment isolé, étanché, ventilé, aucune condensation n’embue les carreaux. L’air reste sain et le besoin de chauffage, moindre. Les bureaux rouge brique de l’Ineed, pépinière d’entreprises à la performance énergétique d’avant-garde(1) située à Alixan, dans la Drôme, sont propices aux réflexions des membres de Dorémi(2). Depuis 10 ans, cette société développe l’accès à la « rénovation complète et performante », en ramenant en une seule fois des bâtiments d’avant la première réglementation thermique de 1975 à un niveau BBC(3). Une méthode qui s’oppose à la « rénovation par étapes », comme le simple changement de fenêtres ou de système de chauffage, qui aboutit souvent à « des moisissures, la détérioration de la qualité de l’air, des pathologies dans les murs… », se désole Vincent Legrand, directeur général de Dorémi.

Valence-Romans appuie Dorémi

Conçue comme un réseau, la société Dorémi compte quatre agences en France et 50 collectivités partenaires. Mais la Drôme reste son territoire pilote. Plus particulièrement les 54 communes de l’agglomération de Valence-Romans et leurs 65 000 logements d’avant 1975; « À Valence, les quartiers du Petit et du Grand-Charran présentent une qualité de vie intéressante avec des écoles, des commerces… Mais comptent beaucoup de pavillons des années 1960, décrit Annie-Paule Tenneroni, adjointe au maire en charge de l’habitat et du logement.

On aimerait y attirer de jeunes ménages, mais le coût potentiel des travaux de rénovation les effraie ».  Certains préfèrent donc construire neuf en périphérie, au grand dam de l’élue.; « On ne peut pas demander aux gens de manger local et priver les agriculteurs de leurs terres au profit de l’étalement urbain. » Pour ces raisons et pour répondre à l’objectif de neutralité carbone en 2050, le territoire investit pour la rénovation énergétique en s’appuyant notamment sur Dorémi.


Avis d’experts : L’accompagnement à la rénovation énergétique à la « sauce » libérale ?

accompagnement à la rénovation énergétique

C’est une révolution silencieuse : La fin du financement par l’ADEME de son réseau de conseillers “Espace FAIRE”, qui laisse la place au bon-vouloir des régions et à la stabilité du marché des certificats d’économie d’énergie.

Le téléphone s’est tu, enfin. Finis les « Bonjour, vous connaissez l’isolation à 1 € ? ». Le confinement aura au moins permis l’arrêt – provisoire – du démarchage par des plateformes téléphoniques qui rabattent les clients vers des entreprises valorisant les fameux Certificats d’économie d’énergie (CEE) que sont tenus de payer les fournisseurs d’énergie. Un harcèlement conduisant à des travaux quasi gratuits, certes, mais parfois bâclés ou non pertinents. Des travaux partiels qui ruinent l’ambition d’une approche globale de rénovation d’un logement. Harcelés, perdus dans le maquis des aides publiques, les particuliers sont nombreux à se raccrocher à un lieu de conseil indépendant, gratuit et pourtant méconnu : l’Espace info-énergie, devenu Espace Faire.

La pérennité de son précieux accompagnement est questionnée aujourd’hui par une petite révolution : près de 20 ans après leur création par l’Ademe, ces lieux
ne seront plus financés par cet établissement public de l’État fin 2020. À ce jour, 250 « espaces » maillent la France, avec 840 conseillers, dans des structures locales existantes bénéficiant de cofinancements de collectivités locales et territoriales. Depuis cinq ans environ, l’agence avait aussi déployé selon ce principe 150 Plateformes territoriales de la rénovation énergétique. Ce modèle, basé sur des subventions de fonctionnement pour payer les postes de conseillers, n’aura pas survécu aux contraintes budgétaires pesant sur l’Ademe et à la doctrine qui émerge depuis quelques années : finies les subventions, place au marché, via les CEE.

L’Ademe a annoncé la fin de ses financements mi-2019. Joëlle Colosio, sa directrice exécutive adjointe des territoires, précise : « Avec le nouveau dispositif Sare, l’accompagnement est délégué aux Régions, qui ont cette compétence de service public et sont pour nous les premiers interlocuteurs », l’agence restant la « tour de contrôle » du dispositif. « Ce financement par les CEE multiplie par trois les moyens octroyés à l’accompagnement des particuliers. »

« 3 fois plus de moyens »… pendant 3 ans

200 M€ sont crédités sur trois ans dans le cadre du Sare financé à 50 % par les CEE. Les collectivités sont invitées à mettre sur la table l’autre moitié. La Métropole du Grand Paris et la Région Bretagne ont été les premières à signer un tel accord, rejoints par Centre-Val-de-Loire, Pays-de- la-Loire et Grand-Est. L’Occitanie prend son temps et saisit l’opportunité du bouleversement national pour remettre à plat l’accompagnement des particuliers. « On a dit à l’État : d’accord pour être ce service public de l’efficacité énergétique, mais on le fait avec les acteurs de terrain, comme on le souhaite, sans pression », indique Raphaëlle Vienot, directrice adjointe transition écologique et énergétique.  […]


Rénover : démarche coopérative de rénovation

démarche coopérative de rénovation

Un nouveau cocon pour le pavillon

Marie France et Robert ont été parmi les premiers à adhérer à la démarche coopérative de rénovation des pavillons des années 1970 de leur quartier, dans l’agglomération de Nancy (54). Ainsi, ils ont atteint un haut niveau de performance thermique et gagné en confort.

Il y a trois ans, Marie-Fance, 73 ans, et Marcel, 75 ans, ont bouclé l’audacieuse opération de rénovation énergétique de leur pavillon à Villerslès-Nancy. Grâce à ce qui était à l’époque l’une des plus grosse opérations d’habitat social individuel réalisée en Europe, le couple a redonné un coup de jeune à cette maison de 135 m2 habitables aux piètres performances thermiques, nichée dans le quartier de Clairlieu, une paisible enclave urbaine dans la forêt.

 


Extension d’un immeuble

extension d'un immeuble

L’immeuble grandit d’un étage.

Quitte à rénover et isoler ce petit collectif défraîchi, Hélène et Rémy en ont rehaussé le toit pour transformer le grenier en un nouvel appartement, moderne et très économe en énergie.

Aujourd’hui retraités, Rémy et Hélène Loewert tenaient une blanchisserie réputée en Alsace. « On utilisait beaucoup d’eau et de calories, se souviennent-ils. C’était déjà un combat ; faire de bons résultats en utilisant moins de ressources. » Alors quand ils rachètent cet immeuble à la commune de Kaysersberg, une nouvelle bataille s’engage. « Construit en 1961, il n’avait pas bougé depuis, raconte Rémy, 68 ans. Énergétiquement, c’était une passoire ; extérieurement, il n’était pas beau. » Le couple contacte alors l’architecte Jean-Luc Thomas. « L’immeuble comprenait deux logements sur des garages en sous-sol, retrace ce dernier. Quitte à isoler la toiture, autant en profiter pour créer un troisième logement à la place du grenier. Avec le renouveau esthétique, ils ont ainsi fait d’une pierre trois coups ! »


L’appartement s’agrandit, la facture de chauffage rétrécit!

Rénovation écologique d'un appartement duplex basse consommation. crédit Gwendal Le Ménahèze

[VIDEO] La rénovation écologique de cet appartement du centre-ville de Lyon a transformé un logement vieillissant en duplex contemporain. Par la même occasion, la passoire thermique est devenue logement basse consommation.

Quand ils emménagent dans cet appartement en 2006, Anne Berger et Étienne Vienot en sont locataires. Naît ensuite leur premier enfant, Aimé. Puis Lucie, suivie de Zoé. « Ça ne tenait plus. On a donc pensé à déménager, se souvient le couple. Mais on aimait bien le quartier et cet appartement avait du potentiel. » Dans le quartier des Pentes de la Croix Rousse, l’immeuble est en secteur classé par les Bâtiments de France. Il a été construit dans les années 1820-1830 en plein centre-ville de Lyon. A l’époque, l’essor de l’activité textile attirait en nombre les canuts – ouvriers de la soie. « Ils vivaient et travaillaient dans ces ateliers. Ils étaient propriétaires de leur outil de travail, retrace Étienne. Comme ils utilisaient les très hauts métiers à tisser Jacquard, les hauteurs de plafond étaient conséquentes. » Ajoutées aux greniers, tout prêtait à transformer cet appartement en un confortable duplex.

Lire la suite


Rénover : un duplex basse consommation

duplex basse consommation

L’appartement s’agrandit, la facture de chauffage rétrécit !

Dans un immeuble du centre-ville de Lyon, l’appartement vieillissant d’Anne, Etienne et leurs trois enfants s’est mué en un duplex contemporain. Par la même occasion, la passoire thermique est devenue logement basse consommation.

Lorsqu’ils emménagent dans cet appartement en 2006, Anne Berger et Étienne Vienot en sont locataires. Naît ensuite leur premier enfant, Aimé. Puis Lucie, suivie de Zoé. « Ça ne tenait plus, on a donc pensé à déménager, se souvient le couple. Mais on aimait bien le quartier et cet appartement avait du potentiel. »

 


Territoire : Eco-défi Clairlieu

scic clairlieu

Rénover groupé, l’envol des pavillons

Le défi que s’est lancé un groupé d’habitant de Villers-lès-Nancy, est à la hauteur des enjeux climatiques du moment. Ils ambitionnent de rénover aux standards BBC (bâtiment basse consommation) un lotissement de 1 328 pavillons ! En effet, les maisons ont été bâties entre 1971 et 1974 dans le quartier de Clairlieu, une paisible enclave urbaine dans la forêt, mais surtout, à l’époque, une des plus grosses opérations d’habitat social individuel en Europe. Peu isolées, les maisons consomment 249 kWh/m².an en moyenne pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire ! Cependant, leur uniformité a fait naître l’idée d’une solution de rénovation thermique reproductible…


Aides financières, quoi de neuf en 2018 ?

Quelles aides financières à la rénovation pour 2018 ?

Peut-on bénéficier d’aides financières lorsqu’on fait soi-même des travaux chez soi ? Quelles seront les conditions en 2018 pour bénéficier du crédit d’impôt ? Qu’est-ce que le chèque énergie ? J’ai déjà fait des travaux d’économies d’énergies en 2009, puis-je à nouveau bénéficier du crédit d’impôt ? A partir de quelle date peut-on soumettre ses demandes d’aide financière ?

Les experts des Clés de la Rénovation vous aident à y voir plus clair : Florence Clément, coordinatrice de l’information sur les aides financières à l’Ademe et Simon Pouillaute, coordinateur Habitat & Energie à l’ALEC « Maîtrisez Votre Energie » située à Montreuil.

 

Minutage des questions sur les aides financières 2018

  • Quelles seront les conditions en 2018 pour bénéficier du crédit d’impôt ? 1’20
  • Quelles modifications concernant les aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ? 2’30
  • Peut-on bénéficier d’aides financières lorsqu’on fait soi-même des travaux chez soi ? 6′
  • Y a-t-il des modifications en 2018 concernant l’éco-prêt à taux zéro ? 7’30
  • Qu’est-ce que le chèque énergie ? 9′

Lire la suite


La rénovation énergétique a un plan !

infographie rénovation énergétique

Après les plans B et les systèmes D, voici le Plan rénovation énergétique.

Présenté par Nicolas Hulot, Ministre pour la Transition écologique, le 24 novembre 2017, le projet consiste à améliorer les performances thermiques du parc immobilier français d’ici 2050. Si de nombreuses pistes sont avancées, rien n’est encore joué. Les concertations perdureront jusqu’à fin janvier. Et chacun peut y participer ! Explications en infographie…

Lire la suite