Enquête : Point d’eau, l’utile à l’agréable



Originaux et décoratifs, les aménagements aquatiques apportent une source de vie au jardin.

Un écosystème se met en place autour d’une mare ou d’un bassin de baignade naturel qui vous fera passer toute envie de piscine chlorée. spectacle perpétuel.

Quel bonheur d’entendre le clapo­tis de l’eau, d’observer la faune se développer au beau milieu du jardin et même d’y plonger à la belle saison. Calme ou intrépide, l’eau apporte la vie, le foisonne­ment ou l’apaisement. Simple bac de récupéra­tion, mare, fontaine, ruisseau, étang ou bassin de baignade, les aménagements possibles sont nombreux et à adapter aux envies et à la taille du jardin. « N’importe quel point d’eau possède un intérêt pour la faune et la flore, mais la mare est le milieu aquatique le plus simple et le plus riche en biodiversité à mettre en place dans un jardin. L’es­sentiel est de chercher à imiter la nature», explique Gilles Leblais, paysagiste-naturaliste et auteur de deux livres sur le sujet11 1.

Pour un récupérateur d’eau de pluie, les grands volumes préfèrent une cuve enterrée. Mais pour un usage modeste, il est possible de positionner une dérive et un réceptacle sous une gouttière. Un vieux tonneau en bois ou une cuve de récup’ habillée d’un bardage en bois ou de branchages font l’affaire. « Pour la dérive, j’ai canalisé 1,60 m avec des bambous coupés en deux Ils transportent l’eau jusqu’à la réserve. On peut aussi se servir de vieilles gouttières en cuivre ou en inox, avec un filtre fait d’un chiffon placé sur un embout de bouteille de plastique», ajoute le jardinier-photographe.