Choisir un poêle à bois : conseils, témoignages et adresses



Comment bien choisir son poêle à bois ?
Une réponse toute faite est quasi impossible tant les maisons sont différentes : volumes, superficies, nature des matériaux, isolations. Sans parler des utilisateurs : personne vivant chez soi ou ne revenant que tard le soir, frileuse ou adepte du pull à col rouler. Et l’âge du capitaine dans tout ça ? Ah, ne pas oublier : le poêle avec ou sans vitre ? Plutôt inertie ou convection ? Et avec cela, je vous mets des granulés ou des bûches de 50 ?

Mais pas de panique, aujourd’hui il y a presque autant de poêles que de sorte d’utilisateurs. Et nous avons choisi à travers ce dossier de vous faire partager des expériences qui ne devraient pas vous laisser de glace si vous avez l’intention de franchir le pas dans quelques temps.

N’ayant pas pu avoir de photos (correctes) correspondant aux poêles “expérimentés”, nous avons pris le parti de vous en montrer d’autres, reflétant nous l’espérons la grande diversité de modèles existants sur le marché.

En espérant que vous fassiez le bon choix d’un poêle à bois efficace afin d’utiliser au mieux cette source d’énergie naturelle et renouvelable, dans le respect de notre environnement.


Les poêles à inertie, à la recherche de la volupté thermique



Parmi la grande famille du chauffage au bois, les poêles à inertie semblent se dégager comme étant le nec plus ultra.

Ce procédé se décline en une dizaine de systèmes aux noms évocateurs : poêles faïence, poêles de masse, chauffages hypocaustes… qui repose essentiellement sur le principe de rayonnement et d’inertie thermique : les poêles accumulent la chaleur d’une flambée courte et la restitue lentement.

Leur histoire n’est pas facile à définir, tout comme leur implantation géographique, de la Chine en passant par la Russie, ou encore des Pays Arabes en passant par l’Europe, partout les poêles à inertie ont laissé leur empreinte lourde de parfois plusieurs tonnes.

Aujourd’hui, ces systèmes reviennent en force, leurs atouts écologiques, confortables et esthétiques y sont pour beaucoup. On peut y rajouter une plaque de cuisson, un four ou encore un ballon d’eau chaude. Même si les prix restent encore assez élevés pour certains, d’autres s’alignent sur des poêles classiques. Entrez donc dans ce dossier, et partez à la recherche de la volupté thermique.


Autoconstruire

bâti neuf

 Une architecture de cueillette.

Laëtitia et Morgan se sont construit un nid à leur mesure sobre, écologique, chaleureux. Un bâti neuf qui n’aggrave pas l’étalement urbain et un puits de carbone efficace… Autant de priorités pour ce couple épris de cohérence.


Rénover

poêle de masse

La maison revit autour du poêle de masse.

Laurence a transformé une ancienne ferme beaujolaise sans confort en un espace chaleureux. L’habitation s’organise autour d’un poêle de masse qui permet à la fois de chauffer, de cuisiner… et de redonner une âme à cette maison.


Vivre avec une cuisinière mixte

cuisinière mixte

La cuisinière remplace la chaudière.

Cuisiner en se chauffant et vice-versa.

Les 70 m2 du domicile de la famille Moré, à Fougères, sont chauffés par une cuisinière mixte (bûche et granulé), alimentant le système de chauffage central préexistant. Fabriquée en Autriche, elle a été installée par un artisan de Vannes, François Parent, qui nous dévoile les arcanes de son fonctionnement.


Regard sur… un poêle de masse



Un poêle de masse à la maison.
Une journée pour monter les éléments d’un ingénieux mode de chauffage.

Appréciés depuis plusieurs siècles pour la qualité de la chaleur qu’ils transmettent, les poêles de masse sont une solution de chauffage écologique performant.
Visite sur un chantier pour le montage d’un modèle de fabrication française.


A la loupe

maison du Sud-Ouest rénovée

L’art d’arrondir les angles : un patchwork de techniques pour une maison spacieuse et confortable en Ariège. Découvrez dans ce numéro une
maison du Sud-Ouest rénovée par un artisan expérimenté et expérimentateur qui outre son attirance pour les enduits au plâtre, sa connaissance de l’isolation, ne manie pas la langue de bois. Au programme, isolation, chaleur par rayonnement, enduits.