Construction bois : on vous décortique toutes les techniques

Schéma publié dans le hors-série n°14 sur la Construction bois

SCHÉMAS DÉTAILLÉS Les méthodes de construction bois sont nombreuses. Chacune a ses avantages et inconvénients : coût, difficulté de mise en œuvre, durée de chantier. Poteau-poutre, ossature bois, Greb, panneaux de bois massif, colombage, fuste en rondins, madriers empilés, briques de bois…

Lire la suite


Enquête : les systèmes constructifs

systemes constructifs en bois

Le poteau-poutre, charpente trait pour trait

Parmis les systèmes constructifs de maisons bois, le poteau-poutre fait la part belle au travail du charpentier : assemblages traditionnels et bois massif pour e classique de la construction en bois qui offre bien des avantages à l’autoconstructeur.

Ossature bois, le bois pour tous

Les techniques ossature bois et Greb ont fait leurs preuves depuis une vingtaine d’années, notamment dans le monde de l’autoconstruction. Facilité de conception, rapidité de chantier et performances thermiques pour ces systèmes à la portée de tous.

Le colombage à l’épreuve du temps

Technique ancienne qui valorise le travail artisanal du bois, le colombage est surtout réservé à la rénovation de bâtiments anciens. Avec de la méthode, il est tout de même possible de l’intégrer dans un projet neuf.

Le panneau de bois, c’est du lourd

Dernier né des systèmes constructifs bois, le panneau lamellé-croisé (CLT) séduit par sa rapidité de mise en oeuvre et son potentiel architectural.

Bois massif empilé, pour le meilleur et pour le pire

Dans la catégorie bois massif empilé, la fuste est la technique de référence. A côté du madrier et de la brique de bois, le rondin apparâit plus artisanal, plus écologique et plus durable dans le temps.

 

 


Le bois, un isolant qui a la fibre



Le marché des isolants à base de fibres et de laine de bois se porte bien. Une bonne quinzaine de fabricants multiplient les références. Deux géants, Actis et Isover, jusqu’à présent peu enclins aux produits bio-sourcés, ont même lancé leur propre gamme. Plus de quinze fabricants proposent désormais des centaines de produits. La Maison écologique vous offre un guide pratique pour vous aider à trouver la bonne fibre en fonction de votre chantier, de votre budget et de la technique que vous souhaitez mettre en oeuvre.


Bardage et lambris bois

lambris teintés ou de panneaux cirés

Il y a une décennie, le bois dans la construction se limitait aux planchers, aux lambris et à la charpente. On le disait peu résistant à l’humidité, on fronçait les sourcils face à son changement de teinte en extérieur. Peu à peu pourtant, l’air de rien, notre oeil s’est habitué aux façades en bois. De nombreux murs intérieurs sont désormais tapissés de belles planches brutes, de lambris teintés ou de panneaux cirés. Le bois sera-t-il le matériau de finition de demain ? Enquête au centre de cette petite révolution silencieuse.


Construire en bois

maison bois

Vivre dans une maison bois. Vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir passer le cap et nous nous en réjouissons car c’est un matériau que nous affectionnons. Alors promenons-nous dans les bois, pendant que les chasseurs et les bûcherons n’y sont pas, histoire de vous faire découvrir la filière construction bois en France. Quelles essences, quelles techniques d’édification, quels traitements, quel entretien, quel prix, quel avenir pour les maisons bois ? Autant de questions dont vous trouverez les réponses dans ce dossier qui ne manie pas la langue de bois.


L’art de l’isolation : pratique, technique et écologique



Dans la construction, le budget isolation représente une faible part au regard du prix de la couverture ou de la structure. Néanmoins, c’est le
poste le plus important, celui à ne pas négliger pour s’affranchir d’une grosse consommation de chauffage voire de climatisation.

Le niveau d’isolation des bâtiments a, même s’il n’est pas encore suffisant, considérablement augmenté depuis les dernières décennies. Heureusement car une isolation insuffisante ou défectueuse n’est pas seulement néfaste pour le porte-monnaie, ça l’est aussi pour l’environnement. En effet, l’air se charge du CO2 et des autres particules dégagées lors du fonctionnement de nos chaudières.

Mais isoler bien, c’est aussi isoler sain…


La paille dans tous ses états : le point sur un matériau de construction prometteur



Ce dossier est le deuxième que nous consacrons à la construction en botte de paille. Le premier, publié il y a tout juste quatre ans, faisait un point sur son histoire, reprenant les différentes techniques et s’appuyant sur des cas concrets.

Depuis, nous avons publié plusieurs articles sur différentes maisons de ce type. Mais il semble que ce mode de construction, jusqu’alors réservé à quelques connaisseurs, prenne une ampleur significative. La presse classique commence même à s’y intéresser, et les artisans spécialisés ont leurs carnets de commandes remplis sur plusieurs mois, voire plusieurs années pour certains.

Pourquoi un tel engouement ! L’âge adulte de la botte de paille serait-il arrivé ? Il est certain que le temps des tâtonnements est révolu. Les retours d’expériences, la fiabilité des techniques, les échanges entre bâtisseurs, ainsi que les essais en laboratoire et les réalisations “officielles” nous font penser que le grain est devenu brin, et que le brin est aujourd’hui mûr.


Le B-A BA du bois et de ses dérivés



Conscients de l’ampleur d’un sujet tel que le bois, nous avons préféré aborder la question de façon pédagogique pour cette première fois, en
commençant comme il se doit par le début ! (eh oui, Lapalisse n’a pas l’exclusivité).

Ce dossier sera suivi d’articles plus complets sur les façons de traiter, ainsi que les différents produits écologiques disponibles sur le marché, mais aussi sur les techniques constructives (bois massif, ossature bois, poteaux-poutres) et encore bien d’autres choses.
Donc patience, pour cette fois il suffit de suivre le fil du bois, pour ne pas perdre le sens du dossier.

Peu de matériaux peuvent se vanter de réunir autant d’atouts écologiques que le bois : ressource renouvelable et locale, il participe à la vie économique et sociale, stocke du CO2, participant donc à la lutte contre l’effet de serre, respire, peut isoler du froid et du bruit.

En outre dans le bois, tout est bon : les dosses, les copeaux, la sciure. Tout se récupère et peut-être transformé, en panneaux de dérivés de bois, par exemple.

Et pour finir, il est facilement recyclable, et ne pollue pas en fin de vie.

Bref, c’est le matériau idéal ! A quelques bémols près cependant.

Il peut provenir de forêts primaires massacrées, son exploitation peut avoir réduit des populations au néant, il n’est considéré comme renouvelable que dans les pays où la forêt est correctement gérée, et peut participer indirectement aux gaz à effet de serre lorsqu’il est acheminé de l’autre bout de la terre.

Le bois traité, ou les panneaux de particules à l’intérieur d’une maison, peuvent émettre des substances nocives. Certains traitements sont catastrophiques d’un point de vue environnemental.

En fin de vie, certains boistraités deviennent impossibles à recycler, et font partie des déchets spéciaux à entreposer dans des décharges particulières.

En bref, le bois est capable du meilleur, comme du pire.

C’est pour cela que dans ce dossier, nous espérons donner quelques clefs qui devraient vous permettre d’ouvrir des portes, en bois, le plus écologique possible !


Construire avec le bois local

Construire en bois

Construire en bois, c’est bien. Employer des essences locales, c’est encore mieux. Riche de la première forêt feuillue d’Europe, la France continue cependant d’importer massivement des résineux d’Allemagne et de Scandinavie pour la construction. Un mouvement de relocalisation semble toutefois en marche : des maîtres d’ouvrage vont au bout de leur démarche écologique en pariant sur des essences locales : hêtre, châtaignier, peuplier, etc. Partons à la découverte de leurs réalisations.