Construire en bois : l’historique, l’ossature bois, la fuste, le bois cordé et les bonnes adresses



Huttes, cases, yourtes, tipis, tente des Touaregs

Partout dans le monde et depuis la nuit des temps, l’être humain s’est servi de l’ossature bois pour construire son habitat.
Plus près de nous, les maisons du Moyen Âge étaient majoritairement construites en colombage, appelé également à pans de bois. Derrière les enduits de nombreuses maisons à Paris se cachent encore les vestiges de cette époque.

Comme nous vous l’avions dit en introduction du dossier du numéro 10 “Le b-a ba du bois et de ses dérivés”, le bois est un sujet passionnant et dont il semble difficile de pouvoir faire le tour (à bois) rapidement. C’est pourquoi nous y revenons, mais pour aborder cette fois-ci les techniques de constructions.

Nous pouvons classer toutes les techniques de constructions en bois dans deux grandes familles : l’ossature et le bois massif. Nous accordons ici plus de place à trois d’entre elles : la fuste (ou le rondin), l’ossature bois panneau et le bois cordé. Vous n’aurez qu’un avant goût des autres techniques, en attendant de futurs articles plus détaillés.

Pour éviter les redites, nous ne sommes pas revenus sur certains sujets, déjà traités dans le dossier du n°10. Nous ne pouvons donc que vous inviter à y (re)jeter un oeil.

Pour le titre de ce dossier nous avons longtemps hésité. Après celui du n°4 qui portait le nom de “Construire en paille, ça vous botte ?”, nous voulions appeler ce dossier : “Construire en bois, ça vous branche ?”. Ainsi nous aurions pu compléter la trilogie dite “des trois petits cochons”
(paille-bois-brique) par un dossier sur la construction en brique. Mais n’ayant pas trouvé de rime avec “Construire en briques” nous avons abandonné l’idée : Snif-snif, snaf-snaf, snouf-snouf !


Construire avec le bois local

Construire en bois

Construire en bois, c’est bien. Employer des essences locales, c’est encore mieux. Riche de la première forêt feuillue d’Europe, la France continue cependant d’importer massivement des résineux d’Allemagne et de Scandinavie pour la construction. Un mouvement de relocalisation semble toutefois en marche : des maîtres d’ouvrage vont au bout de leur démarche écologique en pariant sur des essences locales : hêtre, châtaignier, peuplier, etc. Partons à la découverte de leurs réalisations.


Autoconstruire

Retraités ET autoconstructeurs

Retraités ET autoconstructeurs.

Heureux sont Yves et Micheline qui, à 70 printemps, ont relevé le défi de l’autoconstruction et profitent aujourd’hui d’une ravissante maison ossature bois, simple et pleine d’ingéniosité, dont la conception aura été dictée par le bon sens et l’économie…


Regard sur un gîte autonome

gîte autonome

Un rêve d’autonomie.

Un véritable laboratoire des énergies renouvelables.

Le refuge de Sarenne situé à 2000 mètres d’altitude en Isère près de la station de ski de l’Alpe d’Huez est autonome en énergie. En effet,ici, ni réseau public d’électricité, de gaz, ni eau potable : le site est trop isolé. Pourtant, tout le confort moderne est présent pour accueillir les touristes de passage : douches chaudes, température hivernale confortable, luminosité agréable, internet.