Cahier pratique > Equipement : Marmite norvégienne, la cuisine low-tech



Une caisse surisolée qui réduit les besoins énergétiques pour la cuisson et mitonne de savoureux mets sans surchauffe.

Envie d’une purée de pois cassés  mais le printemps appelle aux activités extérieures? Dans une marmite norvégienne – alias MN -, ces légumineuses et bien d’autres plats pourront mijoter sans risque de sen­tir des odeurs de roussi jusqu’au fond du jardin. Cet outil low-tech conserve la chaleur d’un plat et en termine len­tement la cuisson sans nouvel apport d’énergie. Elle peut se présenter sous la forme d’une boîte isolée et fermée her­métiquement, comme ci-après. La cha­leur y est ainsi conservée, d’autant plus à l’aide d’un réflecteur intérieur (ici, plaques offset récupérées en imprimerie). Éco­nomie d’énergie réalisée à la cuisson 50 %, d’après Les Amis de la Terre. La MN trouve ensuite sa place en cuisine.

Temps de cuisson à tâton

Passionnée de la MN sous toutes ses formes, Mireille Saimpaul y a dédié des ouvrages instructifs12l. « Le mieux reste d’expérimenter sa MN »,assure-t-elle. Mais pour débuter, elle conseille« de porter le plat à ébullition, de 1 min pour les légumes à 30 min pour les légumineuses, puis mettre aussitôt dans la MN, couvercle fermé. Le plat finira de cuire en 30 min pour les légumes à 2 h pour les légumineuses». Si le séjour en boîte dépasse 2 h, porter de nouveau à ébullition avant consommation.