Cahier pratique extérieur : Une jardinière à obsolescence retardée



Fabriquer un bac de plantation fait pour durer en bois de palettes.

Moins le bois reste humide, moins il se dégrade. Pour prolonger au maximum la durée de vie de cette jardinière extérieure, on évitera donc tous les « pièges à eau » (trous de vis, par exemple), où la pluie stagnerait et s’infiltrerait dans le bois. Théau Maubert, menuisier à Guichen (35) au sein de la coopérative d’activité et d’emploi Élan créateur, tapisse l’intérieur de ses jardinières avec une membrane Delta MS qui évite le contact entre la terre humide et le bois, et dont les alvéoles permettent à l’air de circuler pour sécher au mieux ce dernier.

Son entreprise, Atelier de la seconde planche, vise à « récupérer et revaloriser le bois destiné aux rebuts et les palettes pour en faire du mobilier sur mesure ou des cabanes pour enfants ». Privilégiez les palettes au logo HT, signifiant qu’elles ont été traitées thermiquement contre champignons ou insectes. « C’est aussi plus sûr pour la santé. Même si celles traitées avec des produits chimiques ont été supprimées du marché, il peut en rester en circulation. » Les fixations des lames des côtés et du milieu de la palette sont généralement renforcées au niveau des plots (cubes qui font l’épaisseur de la palette et relient les lames du haut et du bas). Si le retrait des clous y est trop laborieux, abandonnez-les ou coupez-les à la scie, vous gagnerez du temps, de l’énergie et éviterez de les fendre sur toute la longueur.

Pour faciliter les déplacements de la jardinière, très lourde une fois remplie, remplacez les pieds par des roulettes qui peuvent se bloquer.