Dossier : Isolants des champs, isolants résilients

DOSSIER ISOLANT RESILIENTS

La nouvelle réglementation RE2020 est de bon augure pour les isolants biosourcés.

Va-t-on enfin plonger dans un monde où chaque territoire saura tirer parti de ses ressources végétales, où le circuit court sera roi et où les paysans et les artisans travailleront main dans la main ? Aux quatre coins du pays, des filières émergent et inventent peu à peu ce monde résilient.

Les biosourcés ne représentent que 10 % des ventes d’isolant en France. Mais avec +87 % de volume vendu entre 2016 et 2020, ils pourraient bien prendre enfin la place qu’ils méritent. Ouate de cellulose, laine de bois ou de mouton, textile recyclé, la famille est grande. Mais le marché des isolants provenant de cultures végétales est encore discret. Pourtant, la France est championne européenne des agromatériaux et, depuis une vingtaine d’années, associations et artisans les (re)mettent au goût du jour. Les atouts de la paille, du chanvre, des balles de riz et de toutes sortes de végétaux en font des matériaux d’avenir. Selon l’Ademe, les laines végétales transformées sous forme de panneaux pourraient même représenter 13 % du marché des isolants en 2030. Encore faut-il des moyens, de la volonté et un changement d’habitudes pour dessiner ce futur réjouissant


Travaux : Isoler avec du colza, rien que ça !

Isoler avec du colza

Des agriculteurs ont fait le pari de transformer leurs sous-produits en agromatériaux.

Et ça marche, la canne de colza, associée à de la chaux, devient un isolant thermique et phonique.
Pour leur future salle de restaurant de chambres d’hôtes, Valérie et Thierry ont fait le choix peu banal d’isoler avec du colza. Ce végétal, mélangé à de la chaux et projeté directement sur les pierres du mur, assure non seulement un confort thermique, mais aussi acoustique.

Autre avantage, le colza est local. Il vient d’un champ de la commune voisine et il est transformé en granulats directement par l’agriculteur. Ceux-ci sont quasiment identiques aux granulats de chanvre, tant dans la mise en oeuvre que dans leur comportement. Ce nouveau procédé d’isolation, durable et qualitatif, a pu voir le jour grâce à l’implication des agriculteurs, des élus et des acteurs du Pôle écoconstruction du Lochois, en Sud-Touraine (reportage dans LME n°119); qui travaillent au développement d’une filière locale d’écoconstruction. Une thèse a été réalisée pour valider les mélanges chaux-colza; et le premier test grandeur nature s’est fait dans un presbytère. Pour le moment, et parce que la technique est très récente, il n’existe pas de données sur ses performances thermiques.


Dossier : Isoler sa maison par l’extérieur

isolation extérieure

Pourquoi et comment isoler par l’extérieur ? Techniques, matériaux, financements, le point sur l’isolation thermique extérieure, de son petit nom ITE.

1. Pourquoi isoler par l’extérieur ?
2. Des murs-manteaux en paille
3. Chanvre, ouate, fibre de bois et liège pour isoler par l’extérieur
4. Sarking, la couette du toit
5. Coût et financement de l’ITE

1. Pourquoi isoler par l’extérieur ?

En enveloppant la maison, l’isolation thermique par l’extérieur traite les ponts thermiques, conserve l’inertie du bâti, préserve l’espace intérieur et permet les travaux en site occupé.

La question de l’isolation thermique par l’extérieur (ITE) se pose très majoritairement quand on veut rénover une maison pour améliorer son confort et abaisser ses factures énergétiques sans changer les doublages existants, déplacer les radiateurs et les réseaux ou encore perdre de la surface habitable. Quand la couverture est à changer, c’est l’occasion à ne pas manquer pour réaliser l’isolation du toit par l’extérieur, sans toucher à l’aménagement des combles. Les façades ont besoin d’un bon ravalement ? Là encore, l’ITE permet de joindre l’utile à l’agréable.

« L’ITE de la toiture, j’en parle à mes clients qui veulent l’isoler, surtout quand ils vivent déjà sur place, pour faire un chantier qui respecte leur intérieur et qui leur permette de continuer à y vivre pendant les travaux, explique Julien Couillard, menuisier-charpentier à Cristot (14). Et quand les couvertures sont à remplacer, il n’y a même plus à réfléchir, c’est la solution, parce que les travaux induits par une isolation du toit par l’intérieur reviennent plus cher qu’en accédant par l’extérieur, par dessus les doublages existants qui restent en place. »

ITE 1-Ponts thermiques 0

L’ITE est une excellente solution de traitement des ponts thermiques et des entrées d’air dans la maison ou dans le complexe isolant, ces endroits dans les parois qui sont les passages du froid et du chaud entre l’intérieur et l’extérieur. Par exemple, la liaison entre une dalle de plancher en béton et un mur extérieur est un pont thermique important.

Sans isolation extérieure, c’est le froid aux pieds garanti à l’approche du mur, parfois sur 1 m. L’ITE couvrira le pont thermique, conservant ainsi le chaud l’hiver comme le frais l’été dans les murs. Mais si ce type de pont thermique est facilement traité par l’ITE des murs, il reste à traiter ceux des liaisons mur-toiture (en façades et en pignons), ceux des liaisons avec le sol (fondations, dalles sur terre-plein) et autour des menuiseries. Le plus performant est de raccorder une ITE des murs avec une ITE du toit pour envelopper complètement le bâtiment d’un manteau isolant. […]


Territoire : Du champ à l’isolation des bâtiments

filière locale

A Beaulieu-lès-Loches, une filière locale pour l’écoconstruction

Une activité agricole très dynamique, des acteurs motivés et des élus à l’écoute. Il n’en fallait pas plus pour faire émerger une filière locale autour de l’écoconstruction dans le Lochois, au sud de la Touraine (37). Tout commence en 2012 lors de l’élaboration de l’agenda 21. « Les agriculteurs et les artisans ont partagé leur vision avec les élus : consommer local aussi bien pour l’alimentation que pour la construction », retrace Julien Bonsens, chef de projet écoconstruction, recruté en 2013 par la Communauté de communes Loches développement( 1) pour créer la filière. « Je partais d’une page blanche », se souvient-il. L’objectif ? Développer des agromatériaux, former les artisans et rénover le bâti ancien en écoconstruction – plus de la moitié du bâti du territoire a été construit avant 1945. Et tout cela, localement.

À la base de la filière se trouvent donc les agriculteurs. Une quinzaine d’entre eux a créé l’association Iso champs afin de réfléchir à l’élaboration d’un isolant.

 


Travaux : Rénover son sol

Rénover son sol

Faire d’une pierre 3 coups

Rénover son sol pour réduire les problèmes d’humidité, limiter les déperditions thermiques et offrir en prime un revêtement sain et 100 % naturel.

Dans le bâti ancien, les sols « conventionnels » faits de carrelage sur dalle de ciment livrent en général leur lot de mauvaises surprises à long terme, surtout s’ils ne sont pas isolés. Froids et inertiels, ils génèrent un inconfort thermique. Parce qu’ils emprisonnent l’humidité, celle-ci se trouve contrainte de progresser par capillarité dans les murs qu’elle dégrade et qui peuvent devenir des sources de prolifération de moisissures insalubres. Un chantier de rénovation d’envergure offre l’occasion de remédier à l’ensemble de ces problèmes.


Améliorons nos comportements avant notre isolation !

Dessin d'ADENE pour le Numéro Spécial "Tout savoir sur l' isolation écologique"

EDITO. Mise en lumière de nos incohérences quand on se gargarise d’avoir amélioré le comportement thermique de son logement… sans avoir remis en question ses propres comportements. Edito publié dans le Numéro Spécial du magazine la Maison écologique “Tout savoir sur l’isolation écologique”.

Mon logement a de nombreux défauts d’étanchéité et d’isolation. Il faut bien entendu les corriger d’urgence. Mais suis-je moi-même dispensé d’une sérieuse remise en question ? Améliorer l’isolation de ma maison. Viser la plus haute performance thermique pour économiser le chauffage et gagner en confort. Investir dans des équipements high-tech pour optimiser la répartition de la chaleur. Choisir des matériaux naturels et sains pour réduire mon empreinte carbone et prendre soin de la qualité de l’air que je respire. Ne pas lésiner sur la marchandise… Pareille démarche n’est pas d’une grande utilité si elle ne s’appuie sur un questionnement préalable.

N’y a-t-il rien que je puisse changer dans mon comportement pour réduire de manière significative mes consommations, afin d’optimiser ensuite mon isolation ? Limiter la température des pièces à vivre à 19 °C, pour commencer. Abaisser celle des pièces peu occupées et des chambres.

M’équiper en édredons et en pulls confortables pour affronter la saison froide au lieu de pousser le chauffage. Baisser le thermostat si je suis absent une bonne partie de la journée. Surveiller toutes mes dépenses énergétiques et pas seulement le chauffage…

En quête de sobriété

En outre, que je me lance dans une rénovation d’ampleur ou dans l’isolation ultra performante d’une maison neuve, il serait illusoire que je me rêve en champion du climat si les économies réalisées étaient aussitôt anéanties par l’acquisition d’équipements dispensables ou d’une plus grosse voiture. Par une croisière aux antipodes ou par 2 °C supplémentaires dans le salon sous prétexte qu’un tel niveau de performance pardonnera bien ces tout petits écarts. En d’autres mots, pas d’isolation efficace sans travaux adaptés, sans projet raisonné. Sans une recherche de sobriété capable d’en garantir durablement les effets. Et, si possible, de les amplifier.

Stephan Ferry, rédacteur en chef du magazine La Maison écologique.

Découvrez le Numéro Spécial “Tout savoir sur l’isolation écologique”


Travaux : Isoler en ouate de cellulose insufflé



Isoler en ouate de cellulose insufflée

La ouate de cellulose est une star des écomatériaux d’isolation. Capable d’être soufflée, insufflée ou projetée humide dans des caissons ouverts, elle est polyvalente et efficace dans tous les cas.

Issue du recyclage du papier, fabriquée en France, utilisée depuis plusieurs décennies et bardée de toutes les certifications nécessaires pour être utilisée sur tout type de chantier et dans toutes configurations, la ouate de cellulose a clairement tout pour réussir. Son mode d’application le plus courant est le soufflage à plat dans les combles ; c’est dans cette configuration qu’elle rivalise économiquement avec les isolants “conventionnels” du bâtiment. Sur le chantier suivant, c’est une mise en œuvre insufflée qui a été réalisée. La ouate de cellulose est poussée sous pression avec une machine dans des caissons fermés. La masse volumique (densité) importante mise en œuvre, aux alentours de 60 kg/m³, garantit la tenue dans le temps et l’absence de tassement. Gurvan et Marie ont fait le choix de la laine de bois pour isoler les murs de leur maison à ossature bois. La performance thermique visée en toiture (R=9.5 m².k/w) était trop onéreuse à atteindre avec ce même isolant. Sur les conseils de leur architecte, Fernand Ribeiro, ils se sont don dirigés vers la ouate de cellulose insufflée.

Aussi isolant que la laine de bois

L’efficacité en termes d’isolation au froid et à la chaleur est équivalente à celle de la laine de bois, pour un prix moindre. Leur toiture sera donc composée d’un panneau rigide pare pluie et isolant de fibre de bois de 120 mm et de 260 mm de ouate insufflée en caisson. Parmi leurs amis proches, David Levêque, de l’entreprise Cocon, ancien distributeur de matériaux écologiques et désormais artisan, est équipé d’une machine à insuffler. Il ne restait donc plus qu’à faire venir les copains pour isoler la toiture.


Rénover une bergerie grâce au réemploi

rénover une bergerie

Roseau, tournesol, noix…les murs ont la fibre végétale.

Gilles et Florence ont su mettre en valeur l’ancienne bergerie familiale, convertie en habitation, tout en lui conservant son cachet. Leur recette : réemploi de matériaux et mortiers à base de roseau, de tournesol et de coquille de noix.

La famille de Gilles Hubert exploite la vigne depuis quatre générations à Seigy (41), dans la vallée du Cher. Gilles et son épouse Florence sont très attachés à la ferme familiale et à son ensemble de bâtiments, acquis au fil du temps. Ils ont longtemps vécu à une dizaine de kilomètres de là, au bord du Cher, lorsque Gilles exerçait son métier d’éclusier-barragiste. En 2004, ils décident de transformer l’ancienne bergerie en habitation, pour s’y installer. Ambitieux projet puisque tout est à refaire. Ainsi, ne seront conservés que les quatre murs extérieurs.

Gilles Hubert veut une maison bien isolée et bien chauffée, tout en utilisant des matériaux naturels car ce sont les seuls à respecter le bâti ancien. « Ici, les murs des bâtiments sont en pierres montées à la chaux, sans fondation ; l’eau du sol remonte naturellement dans les murs et doit pouvoir s’évacuer », explique-t-il.


Cahier pratique : mortier isolant terre-chanvre

mortier isolant terre-chanvre

Projeter un mortier isolant terre-chanvre.

Simple et rapide à mettre en oeuvre, la projection mécanique de ce mortier allie les avantages de la terre crue à ceux du chanvre. Il permet ainsi  une bonne isolation des parois.

Vous connaissez sans doute le mortier chaux-chanvre projeté à la machine dont l’usage s’est développé ces dernières années pour l’isolation des murs. Voici son homologue avec, cette fois-ci, l’argile comme liant. Un écomatériau qui détrône la chaux à bien des égards en termes environnementaux et de confort de travail.

La projection d’un mortier en doublage ou remplissage de paroi, est une technique rapide à mettre en oeuvre. Cependant, le séchage sera long.