Cahier pratique : Poser une isolation extérieure en liège

liège

En isolation thermique par l’extérieur, le liège, durable et d’origine naturelle, peut être utilisé comme isolant. Il peut même faire office de revêtement pour habiller la façade. Seule condition pour un résultat esthétique et performant : une mise en œuvre précise.

Protéger sa maison via une écorce qui joue d’un seul coup l’isolation des murs et la finition de la façade, c’est possible grâce aux atouts du liège spécial façade, disponible sous forme de plaques de 50 x 100 cm (ép. de 50 à 200 mm). Quand il est utilisé comme isolant, le liège est « expansé », c’est-à-dire chauffé sous pression pour améliorer ses qualités isolantes. Le liège dédié aux façades l’est aussi, mais sa densité est plus élevée (140-160 kg/m3 contre env. 120 kg/m3). Ses propriétés isolantes sont légèrement plus faibles, avec une conductivité thermique de 0,040 à 0,042 W/m.K contre 0,040 W/m.K pour le liège expansé courant, d’après le producteur Amorim. En revanche, sa durabilité est renforcée face aux intempéries. 

Finition venue du Portugal

Fabrice Thénault, gérant de la société Écorce habitat (87) a découvert cette technique via un client portugais. « Au Portugal, explique le professionnel, ce revêtement est très répandu. En France, il est moins connu, mais il prend tout son sens par ses qualités isolantes et esthétiques. » Lignes nettes, aspect très nature, ce revêtement original et durable a une couleur taupe quand il est neuf, légèrement argenté après quelques années à l’extérieur. Attention toutefois, certains panneaux présentent de petites zones à l’aspect dur et brillant (type carbonisé), qui resteront noires dans le temps. Un choix qualitatif adapté aux rénovations globales (menuiseries, isolation de toiture, etc.), pour un coût en matériaux d’environ 92 € TTC/m2 pour ce chantier, soit le même ordre de prix qu’un complexe d’ITE composé d’un isolant et d’un bardage extérieur. 

OUTILS

• Scie circulaire (profondeur de coupe minimum 80 mm)

• Idéalement scie sur table

• Meuleuse d’angle équipée d’un disque à ailettes

• Perforateur

• Mélangeur

• Visseuse

• Niveau laser

• Spatule crantée 20 mm

• Ponceuse à bande avec disque grain 40 à 80

Matériaux et Coût

• Liège expansé spécial façade ép. 80 mm, plaque 50 x 100 cm : 52 € TTC/m2 (+/- 10 %)

• Liège expansé standard ép. 80 mm, plaque 50 x 100 cm : 28 € TTC/m2

• Mortier-colle fibré à base de chaux hydraulique NHL5 : 8 € TTC/m2

• Chevilles à frapper pour isolant : 4 € TTC/m2

• Lisse basse Pliage Alu RAL 7016 : 24 € TTC/m


Ils se sont battus pour éviter les coûts

MAITRISER LE BUDGET RENOVATION

Le combat d’Astrid et Jérémie pour maîtriser le budget de leur rénovation a été payant. Malgré les imprévus qui ont alourdi la note et contrarié les travaux, leur pavillon d’Ille-et-Vilaine est passé de passoire énergétique à logement basse consommation.

Un combat de longue haleine

Maîtriser les coûts d’une rénovation est un combat de longue haleine. En Ille-et-Vilaine, Astrid et Jérémie Emery-Schiettecatte ont dû conjuguer avec un budget contraint, des exigences de performance énergétique et de matériaux écologiques, ainsi que des mauvaises surprises qui plombent les factures.

Pour les guider, ils enrôlent l’architecte Séverine Duchemin, qui propose de démonter le chien assis, grande lucarne intégrée dans la toiture, et le remplacer par une gerbière, qui rejoint le plan de la façade en prolongeant le mur des niveaux inférieurs. Petite fuite dans le porte-monnaie suite à la dépose du chien assis durant l’hiver : le bâchage défaillant provoque des infiltrations dans la chambre d’Eliot, obligeant à reprendre une partie du parquet. Au-dessus de cette gerbière au toit presque plat, un élément en zinc reprend la pente d’origine « pour pouvoir installer les panneaux solaires avec une inclinaison optimale de 40-45°, pointe Séverine Duchemin. On aurait pu les mettre à côté, mais cette boîte centrale aurait porté son ombre sur les panneaux ». Très peu visibles, ils ne sont pas encastrés dans la couverture, « faisant économiser à peu près 1 000 € ».

La subtile valse des fenêtres

Toutes les ouvertures sont conservées, mais les fenêtres sont redimensionnées pour être plus harmonieuses et pratiques. « On a cassé les allèges sous d’anciennes fenêtres pour en faire des portes-fenêtres donnant accès à la future terrasse en hauteur, détaille l’architecte. Agrandir l’ouverture permet d’avoir plus de lumière, on retrouve en hauteur ce qu’on perd en largeur de vitrage à cause de l’isolation des tableaux. » Mais dans la chambre au premier étage, les propriétaires ont « résisté à la tentation de transformer la fenêtre en porte-fenêtre, ce qui aurait impliqué des travaux de maçonnerie, donc un surcoût, alors qu’elle ne donne pas sur la terrasse et aurait requis un garde-corps », souligne Astrid. De plus, cela permet de caser le radiateur dessous.

Pour bénéficier de la lumière naturelle et de la vue jusqu’à la cuisine positionnée au nord, la cloison qui la séparait du séjour est déposée. « Un ingénieur structure a vérifié que le ferraillage présent dans la poutre qui passe au-dessus pouvait bien porter le plancher supérieur sans ajouter de poteau », précise Séverine Duchemin. Lorsque le porte-feuille se renflouera, une verrière fermera la cuisine pour l’isoler en termes de bruit et d’odeurs tout en gardant la lumière et la vue qui ont séduit le couple lorsqu’il a visité la maison.


Oser l’écorénovation en copropriété

écorénovation en copropriété

En France, les copropriétés représentent 10 millions de logements, soit 30 % du parc existant. Afin de rénover des immeubles vieillissants, des habitants optent pour les matériaux biosourcés et les énergies renouvelables. Un travail de longue haleine.

D’abord un diagnostic complet

Dans le 3e arrondissement de Lyon, les échafaudages n’entourent plus la copropriété de la rue Martin. Les travaux de cette résidence rénovée à partir de matériaux biosourcés sont en cours d’achèvement. La première étape de ce long processus a été d’élaborer un diagnostic complet des systèmes énergétiques (chauffage, ventilation…) et de l’architecture (façades, toit…) afin d’identifier les besoins. Dès la naissance d’un tel projet, Jessica Jacoby Koaly, responsable de l’animation des entreprises affiliées CoachCopro(1) au sein de l’Agence parisienne du climat, recommande de se rapprocher de l’agence locale de l’énergie la plus proche pour se faire aider gratuitement par un conseiller Faire(2). « Il aidera les habitants à identifier les besoins de la copropriété, trouver des professionnels pour réaliser le diagnostic de l’immeuble, mais aussi une entreprise chargée de l’assistance à maîtrise d’ouvrage et un maître d’œuvre », précise-t-elle. 

Ensuite les matériaux

Après ce diagnostic, les habitants de la résidence lyonnaise bâtie en mâchefer, matériau à base de résidus solides provenant de la combustion du charbon, envisageaient « d’isoler en laine de roche, pensant que les copropriétaires ne seraient pas prêts à assumer le surcoût de la fibre de bois. Finalement, avec une offre quasiment au même tarif et des bonus accordés par la Métropole de Lyon pour les biosourcés, le ravalement et l’isolation n’ont coûté que 2 300 € de plus qu’un ravalement simple », retrace Mathieu Cadic, membre du conseil syndical. Soit un surcoût de moins de 1,8 % du budget total.

Puis les assurances entrent dans la danse

En 2019, la plupart des assurances n’offrant pas, en copropriété, de garantie décennale sur l’utilisation des produits n’ayant pas obtenu d’avis technique, l’architecte et ses voisins se renseignent auprès de Zolpan/Pavatex. L’entreprise en charge des travaux choisit le procédé Webertherm XM Fibre de bois qui associe des panneaux de fibre de bois de 16 cm à un enduit minéral à la chaux aérienne projeté. « Nous avons revêtu les façades nord et ouest avec cet enduit car il offre une meilleure perméabilité à la vapeur d’eau », explique Mathieu Cadic, copropriétaire. En effet, si le mâchefer, matériau poreux, se gorge trop d’humidité, cela peut causer des dégradations comme des fissures dans les murs. La façade est, à plus de 50 % mitoyenne, n’est pas isolée, de même que le sud. Présentant une grande porte-fenêtre et des balcons étroits, cela aurait impliqué trop de découpes d’isolant.


Dossier : Isolants des champs, isolants résilients

DOSSIER ISOLANT RESILIENTS

La nouvelle réglementation RE2020 est de bon augure pour les isolants biosourcés.

Va-t-on enfin plonger dans un monde où chaque territoire saura tirer parti de ses ressources végétales, où le circuit court sera roi et où les paysans et les artisans travailleront main dans la main ? Aux quatre coins du pays, des filières émergent et inventent peu à peu ce monde résilient.

Les biosourcés ne représentent que 10 % des ventes d’isolant en France. Mais avec +87 % de volume vendu entre 2016 et 2020, ils pourraient bien prendre enfin la place qu’ils méritent. Ouate de cellulose, laine de bois ou de mouton, textile recyclé, la famille est grande. Mais le marché des isolants provenant de cultures végétales est encore discret. Pourtant, la France est championne européenne des agromatériaux et, depuis une vingtaine d’années, associations et artisans les (re)mettent au goût du jour. Les atouts de la paille, du chanvre, des balles de riz et de toutes sortes de végétaux en font des matériaux d’avenir. Selon l’Ademe, les laines végétales transformées sous forme de panneaux pourraient même représenter 13 % du marché des isolants en 2030. Encore faut-il des moyens, de la volonté et un changement d’habitudes pour dessiner ce futur réjouissant


Travaux : Isoler avec du colza, rien que ça !

Isoler avec du colza

Des agriculteurs ont fait le pari de transformer leurs sous-produits en agromatériaux.

Et ça marche, la canne de colza, associée à de la chaux, devient un isolant thermique et phonique.
Pour leur future salle de restaurant de chambres d’hôtes, Valérie et Thierry ont fait le choix peu banal d’isoler avec du colza. Ce végétal, mélangé à de la chaux et projeté directement sur les pierres du mur, assure non seulement un confort thermique, mais aussi acoustique.

Autre avantage, le colza est local. Il vient d’un champ de la commune voisine et il est transformé en granulats directement par l’agriculteur. Ceux-ci sont quasiment identiques aux granulats de chanvre, tant dans la mise en oeuvre que dans leur comportement. Ce nouveau procédé d’isolation, durable et qualitatif, a pu voir le jour grâce à l’implication des agriculteurs, des élus et des acteurs du Pôle écoconstruction du Lochois, en Sud-Touraine (reportage dans LME n°119); qui travaillent au développement d’une filière locale d’écoconstruction. Une thèse a été réalisée pour valider les mélanges chaux-colza; et le premier test grandeur nature s’est fait dans un presbytère. Pour le moment, et parce que la technique est très récente, il n’existe pas de données sur ses performances thermiques.


Dossier : Isoler sa maison par l’extérieur

isolation extérieure

Pourquoi et comment isoler par l’extérieur ? Techniques, matériaux, financements, le point sur l’isolation thermique extérieure, de son petit nom ITE.

1. Pourquoi isoler par l’extérieur ?
2. Des murs-manteaux en paille
3. Chanvre, ouate, fibre de bois et liège pour isoler par l’extérieur
4. Sarking, la couette du toit
5. Coût et financement de l’ITE

1. Pourquoi isoler par l’extérieur ?

En enveloppant la maison, l’isolation thermique par l’extérieur traite les ponts thermiques, conserve l’inertie du bâti, préserve l’espace intérieur et permet les travaux en site occupé.

La question de l’isolation thermique par l’extérieur (ITE) se pose très majoritairement quand on veut rénover une maison pour améliorer son confort et abaisser ses factures énergétiques sans changer les doublages existants, déplacer les radiateurs et les réseaux ou encore perdre de la surface habitable. Quand la couverture est à changer, c’est l’occasion à ne pas manquer pour réaliser l’isolation du toit par l’extérieur, sans toucher à l’aménagement des combles. Les façades ont besoin d’un bon ravalement ? Là encore, l’ITE permet de joindre l’utile à l’agréable.

« L’ITE de la toiture, j’en parle à mes clients qui veulent l’isoler, surtout quand ils vivent déjà sur place, pour faire un chantier qui respecte leur intérieur et qui leur permette de continuer à y vivre pendant les travaux, explique Julien Couillard, menuisier-charpentier à Cristot (14). Et quand les couvertures sont à remplacer, il n’y a même plus à réfléchir, c’est la solution, parce que les travaux induits par une isolation du toit par l’intérieur reviennent plus cher qu’en accédant par l’extérieur, par dessus les doublages existants qui restent en place. »

ITE 1-Ponts thermiques 0

L’ITE est une excellente solution de traitement des ponts thermiques et des entrées d’air dans la maison ou dans le complexe isolant, ces endroits dans les parois qui sont les passages du froid et du chaud entre l’intérieur et l’extérieur. Par exemple, la liaison entre une dalle de plancher en béton et un mur extérieur est un pont thermique important.

Sans isolation extérieure, c’est le froid aux pieds garanti à l’approche du mur, parfois sur 1 m. L’ITE couvrira le pont thermique, conservant ainsi le chaud l’hiver comme le frais l’été dans les murs. Mais si ce type de pont thermique est facilement traité par l’ITE des murs, il reste à traiter ceux des liaisons mur-toiture (en façades et en pignons), ceux des liaisons avec le sol (fondations, dalles sur terre-plein) et autour des menuiseries. Le plus performant est de raccorder une ITE des murs avec une ITE du toit pour envelopper complètement le bâtiment d’un manteau isolant. […]


Améliorons nos comportements avant notre isolation !

Dessin d'ADENE pour le Numéro Spécial "Tout savoir sur l' isolation écologique"

EDITO. Mise en lumière de nos incohérences quand on se gargarise d’avoir amélioré le comportement thermique de son logement… sans avoir remis en question ses propres comportements. Edito publié dans le Numéro Spécial du magazine la Maison écologique “Tout savoir sur l’isolation écologique”.

Mon logement a de nombreux défauts d’étanchéité et d’isolation. Il faut bien entendu les corriger d’urgence. Mais suis-je moi-même dispensé d’une sérieuse remise en question ? Améliorer l’isolation de ma maison. Viser la plus haute performance thermique pour économiser le chauffage et gagner en confort. Investir dans des équipements high-tech pour optimiser la répartition de la chaleur. Choisir des matériaux naturels et sains pour réduire mon empreinte carbone et prendre soin de la qualité de l’air que je respire. Ne pas lésiner sur la marchandise… Pareille démarche n’est pas d’une grande utilité si elle ne s’appuie sur un questionnement préalable.

N’y a-t-il rien que je puisse changer dans mon comportement pour réduire de manière significative mes consommations, afin d’optimiser ensuite mon isolation ? Limiter la température des pièces à vivre à 19 °C, pour commencer. Abaisser celle des pièces peu occupées et des chambres.

M’équiper en édredons et en pulls confortables pour affronter la saison froide au lieu de pousser le chauffage. Baisser le thermostat si je suis absent une bonne partie de la journée. Surveiller toutes mes dépenses énergétiques et pas seulement le chauffage…

En quête de sobriété

En outre, que je me lance dans une rénovation d’ampleur ou dans l’isolation ultra performante d’une maison neuve, il serait illusoire que je me rêve en champion du climat si les économies réalisées étaient aussitôt anéanties par l’acquisition d’équipements dispensables ou d’une plus grosse voiture. Par une croisière aux antipodes ou par 2 °C supplémentaires dans le salon sous prétexte qu’un tel niveau de performance pardonnera bien ces tout petits écarts. En d’autres mots, pas d’isolation efficace sans travaux adaptés, sans projet raisonné. Sans une recherche de sobriété capable d’en garantir durablement les effets. Et, si possible, de les amplifier.

Stephan Ferry, rédacteur en chef du magazine La Maison écologique.

Découvrez le Numéro Spécial “Tout savoir sur l’isolation écologique”


Travaux : Isoler en ouate de cellulose insufflé



Isoler en ouate de cellulose insufflée

La ouate de cellulose est une star des écomatériaux d’isolation. Capable d’être soufflée, insufflée ou projetée humide dans des caissons ouverts, elle est polyvalente et efficace dans tous les cas.

Issue du recyclage du papier, fabriquée en France, utilisée depuis plusieurs décennies et bardée de toutes les certifications nécessaires pour être utilisée sur tout type de chantier et dans toutes configurations, la ouate de cellulose a clairement tout pour réussir. Son mode d’application le plus courant est le soufflage à plat dans les combles ; c’est dans cette configuration qu’elle rivalise économiquement avec les isolants “conventionnels” du bâtiment. Sur le chantier suivant, c’est une mise en œuvre insufflée qui a été réalisée. La ouate de cellulose est poussée sous pression avec une machine dans des caissons fermés. La masse volumique (densité) importante mise en œuvre, aux alentours de 60 kg/m³, garantit la tenue dans le temps et l’absence de tassement. Gurvan et Marie ont fait le choix de la laine de bois pour isoler les murs de leur maison à ossature bois. La performance thermique visée en toiture (R=9.5 m².k/w) était trop onéreuse à atteindre avec ce même isolant. Sur les conseils de leur architecte, Fernand Ribeiro, ils se sont don dirigés vers la ouate de cellulose insufflée.

Aussi isolant que la laine de bois

L’efficacité en termes d’isolation au froid et à la chaleur est équivalente à celle de la laine de bois, pour un prix moindre. Leur toiture sera donc composée d’un panneau rigide pare pluie et isolant de fibre de bois de 120 mm et de 260 mm de ouate insufflée en caisson. Parmi leurs amis proches, David Levêque, de l’entreprise Cocon, ancien distributeur de matériaux écologiques et désormais artisan, est équipé d’une machine à insuffler. Il ne restait donc plus qu’à faire venir les copains pour isoler la toiture.


Cueillons nos isolants

balles de riz de Camargue

Isolants : Chanvre, paille, balles de céréales, rafles de maïs, tiges de tournesol ou d’ortie, algues, roseaux ; bien isoler son logement sans passer par la case industrie n’est pas qu’une utopie.