Territoire : Valoriser les ressources locales

PERMABITA-N°129, La Maison écologique, Valoriser les ressources locales

Au cœur de la Provence verte, dans la petite commune de Plan-d’Aups-Sainte-Baume (83), s’est construit un fournil un peu spécial. Accolée à la maison de Karine Meyran, boulangère en bio, l’extension de 80 m2 a été entièrement réalisée à partir de ressources locales ! « Je veux faire du pain avec des farines locales alors, pour construire le fournil, je ne me voyais pas utiliser du bois qui vient de loin », sourit-elle. Son ambition a pu se concrétiser grâce à la rencontre avec Loïc Frayssinet, l’un des quatre membres fondateurs de Permabita, une association dont le but est de créer une filière locale de l’écoconstruction. 

« La vallée du Gapeau est propice à l’utilisation de ressources locales dans la construction. On trouve du liège qui vient du chêne liège et qui pousse quasi exclusivement dans le Var ; du bois de pin d’Alep, châtaignier, cyprès, etc. ; de la paille de blé, de la laine de mouton, du genêt, de la canne de Provence, une tige cultivée pour produire des pièces d’instruments de musique et qui peut être utilisée en construction, et de la terre aussi, car nous avons pas mal de carrières », détaille l’ingénieur thermicien. L’objectif de Permabita ? Recenser toutes ces ressources locales et mettre en lien les agriculteurs, les propriétaires forestiers et les artisans avec les porteurs de projets, que ce soit en construction ou en rénovation. Cette mise en relation de l’association avec les acteurs locaux a ainsi permis à Karine Meyran de construire son fournil.

Débardage à cheval et scierie mobile

L’ossature bois a été montée avec du pin sylvestre qui poussait sur une zone Natura 2000. Au moment de l’entretien, le propriétaire forestier voulait couper des arbres pour favoriser la repousse de feuillus ; une aubaine pour le chantier. « Nous avons acheté le bois sur pied, 32 troncs exactement. Pas facile de savoir combien allaient être nécessaires à la construction de la charpente », se souvient Karine Meyran. Des bûcherons sont intervenus et les troncs ont été débardés à cheval « pour respecter au maximum la forêt », ajoute t-elle. 


Rénover : Rénovation, extension, surélévation une maison passive en trois temps

Renover maison passive

Rénovation, extension, surélévation

Adapter son logement à l’arrivée des enfants plutôt que s’éloigner du centre-ville, c’est le choix de cette famille qui voulait vivre sans voiture. Dix ans et deux agrandissements plus tard, leur deux-pièces girondin est devenu une maison passive.

Nous avions 25 ans et une envie folle de mettre en pratique pour nous-mêmes ce que nous préconisions aux autres», se souviennent Delphine et Mat­thieu, deux Bordelais arrivés au terme d’une longue aventure constructive.
Mais à partir d’un petit deux-pièces insalubre, ils ont bâti une maison passive de 135 m2 sur deux niveaux. Un projet ambitieux en trois étapes et trois matériaux.
Difficile de trouver le terrain adéquat dans la métropole bordelaise; d’autant plus quand les agences immobilières ne comprennent pas les critères recherchés par des clients formés au bioclimatisme. Mais en août 2009, il dénichent la perle rare à Talence : une maison de style échoppe de 45 m2, construite vers 1920 et orientée sud-est, sur un joli terrain de 350 m2 « La maison était dans un très grand état d’insalubrité. Tout était à refaire», décrit Delphine, conseillère info-énergie à la CLCV, membre du réseau Faire.
De l’existant ne seront conservés que les quatre murs extérieurs et le toit. Dalle, murs, charpente; en seule­ment un mois et demi, tous les matériaux sont mis à nus et la maison, isolée pour que les deux autoconstructeurs puissent emménager. Déplacée sur le passage latéral, l’en­trée est devenue un espace central qui délimitera les par­ties jour et nuit une fois l’extension réalisée.
Visant les performances énergétiques des bâtiments pas­sifs, les propriétaires soignent d’em­blée l’isolation. Mais côté rue au nord, les menuiseries sont remplacées par des fenêtres en bois à triple vitrage. La porte d’entrée, à l’est, en bois et double vitrage est aussi choisie pour ses performances.


Rénover : L’aventure voûte que coûte

voûte

L’aventure voûte que coûte

La rénovation menée chez Eric et Sophie Carrive, en région Parisienne, est avant tout l’histoire d’une rencontre avec un architecte écolo aux idées étonnantes. Et d’une envie d’expérimenter.

Ils étaient prêts à tout « tester ». Mais lorsqu’il a fallu, à l’issue des travaux, ôter les étais qui soutenaient la voûte en bottes de paille, Sophie a pris peur.

« Je me suis demandé si on n’était pas en train de faire une connerie, que ce n’était pas forcément homologué, qu’on ne savait pas si une assurance le prendrait en charge… Je crois que je vis toujours avec cette angoisse-là », avoue-t-elle, assise à la table de la salle à manger, mi-amusée et mi-inquiète, les yeux tournés vers le plafond. Pourtant, voilà six ans que le concept tient bon. Et fièrement, même.

Cette élégante arche en paille porteuse constitue l’extension de la maison de Sophie, Éric et leurs enfants Myrtille, Cyprien et Olympe. À l’origine, c’était un pavillon de 80 m2, à quelques pas de la gare de l’Étang-la-ville, en banlieue parisienne. L’extension de 50 m2 comprend désormais le salon qui donne sur une terrasse, côté jardin, et la chambre des parents, à l’étage. Cette réalisation originale est caractéristique de l’état d’esprit de Volker Ehrlich, architecte volontiers tourné vers l’innovation à qui les Carrive ont également confié la rénovation de leur maison des années 1940.

Neuf mois pour tout changer

Leur rencontre remonte à 2013. Sophie est enceinte. Il est temps d’agrandir la maisonnette rachetée huit ans plus tôt aux parents d’Éric. La petite Olympe, troisième enfant du couple, pointera le bout de son nez en octobre. Objectif : boucler le chantier en neuf mois. Et sans quitter les lieux. « On avait des idées, mais on ne se voyait pas gérer les travaux tout seuls. On a cherché un architecte local et sensible à l’écologie », se remémore Sophie, réchauffant ses mains sur sa tasse de café. […]


Surélévation écologique pour l’amour du bois

surélévation écologique en bois à Rennes en Bretagne. crédit 10i2LA

[VIDEO] Inconditionnels du matériau bois, Dominique et Jean-Yves l’ont sublimé dans leur surélévation à Rennes, en Ille-et-Vilaine. En n’occultant surtout pas les traces de la matière et de son histoire.

« Je me méfie de l’écologie politique, même si je l’ai fréquentée de près. Car elle donne parfois des choses très étonnantes, récupérée par les lobbies technologiques… Mais de manière pratique, il y a des choses à faire », revendique Jean-Yves Cairon, adepte de très longue date de l’écologie pratique. Alors quoi de plus concret que de transformer une maisonnette construite à la va-vite juste après-guerre en une habitation deux fois plus haute, moderne, économe en énergie et constituée de matériaux biosourcés ? « Eh oui, les vieux ont encore des projets ! », rigolent Jean-Yves Cairon, 69 ans, et Dominique Beyot, 60 ans. En outre, ces anciens infirmiers en psychiatrie ont réalisé une grande partie des travaux de surélévation eux-mêmes. Après le montage de la structure isolée préfabriquée en atelier. Cette surélévation a été conçue par les architectes locaux de 10i2LA.

Lire la suite


Extension à colombage: des pans de bois comme autrefois

Extension écologique à colombage dans l'Orne - crédit Gwendal Le Ménahèze

[VIDEO] Dans la continuité du patrimoine local, cette extension à colombage ouvre grand ses portes à la récupération. Quand la construction s’abreuve des ruines alentours.

Annick et Marc découvrent cette bâtisse du bocage ornais un 1er mai. Plantée parmi de majestueux poiriers en fleurs plus que centenaires. « C’était une ferme de famille construite entre 1750 et 1850. Elle appartenait à ma grand-mère, qui la tenait de sa mère, qui la tenait de sa mère… », retrace Marc, pianiste de 61 ans. La ferme était exploitée jusqu’en 1992. Puis Marc et sa femme Annick la reprennent l’année suivante. Ensuite, ils y restaurent à l’ancienne l’habitation. Notamment grâce à la technique du colombage. « On voulait rester dans le même style qu’à l’origine et garder le cachet des bâtiments. Donc on a essayé de trouver des matériaux de récupération. » Pour un chantier dans les règles de l’art, le couple s’est fait accompagner par l’association Maisons paysannes de France.

Lire la suite


Extension sur pilotis

extension sur pilotis

L’ossature bois parmi les arbres perchée.

Tout en légèreté, l’extension sur pilotis de Delphine et Pierre tranche avec leur maison ouvrière en briques. En plein coeur de Compiègne, le secteur classé ne les a pas empêchés de mener un projet à leur image. Et malgré la superficie ajoutée, leur consommation de chauffage a baissé !

Bien que timide, le soleil embrase les briques de cette rue de Compiègne. Typiques de l’architecture du nord de la France, ces petits pavés de terre cuite s’empilent en maisons siamoises. Ancêtre du lotissement, ce quartier du début des années 1910 est une succession monochrome de bâtiments quasi identiques, comme sortis d’une production à la chaîne. Mais à y regarder de plus près, un portail en bois laisse entrevoir le brin de folie qui a poussé dans le jardin de Delphine Brancherie et Pierre Feissel.


Extension en surélévation

extension en surélévation

Rehausser la maison, abaisser l’addition.

La maison était extensible, mais pas le budget. Pour mener à bien leur projet, Dominique et Joël ont donc dû trouver des astuces. Pour les y aider, les architectes avec qui ils ont travaillé avaient plus d’une carte dans leur manche. « Une surélévation préserve l’intégrité des extérieurs, mais elle permet aussi de ne pas avoir à refaire d’intervention en gros oeuvre, terrassement, fondations, dalle, souligne Pierre Ledoux, du cabinet nantais Vendredi architecture. Nous avons calculé le ratio des travaux propres à l’extension : 1 180 € HT/m2. Avec une extension latérale, on aurait plutôt été autour de 1 400 € HT. »

 


Extension d’un immeuble

extension d'un immeuble

L’immeuble grandit d’un étage.

Quitte à rénover et isoler ce petit collectif défraîchi, Hélène et Rémy en ont rehaussé le toit pour transformer le grenier en un nouvel appartement, moderne et très économe en énergie.

Aujourd’hui retraités, Rémy et Hélène Loewert tenaient une blanchisserie réputée en Alsace. « On utilisait beaucoup d’eau et de calories, se souviennent-ils. C’était déjà un combat ; faire de bons résultats en utilisant moins de ressources. » Alors quand ils rachètent cet immeuble à la commune de Kaysersberg, une nouvelle bataille s’engage. « Construit en 1961, il n’avait pas bougé depuis, raconte Rémy, 68 ans. Énergétiquement, c’était une passoire ; extérieurement, il n’était pas beau. » Le couple contacte alors l’architecte Jean-Luc Thomas. « L’immeuble comprenait deux logements sur des garages en sous-sol, retrace ce dernier. Quitte à isoler la toiture, autant en profiter pour créer un troisième logement à la place du grenier. Avec le renouveau esthétique, ils ont ainsi fait d’une pierre trois coups ! »


Extension d’une maison à colombages

extension d'une maison à colombages

Des pans de bois comme autrefois.

Dans la continuité de l’histoire de la bâtisse d’origine, l’extension d’Annick et Marc ouvre ses portes aux matériaux de récupération. Quand la construction s’abreuve des ruines alentours.

Annick et Marc découvrent cette bâtisse du bocage ornais un 1er mai, plantée parmi de majestueux poiriers en fleurs plus que centenaires. « C’était une ferme de famille construite entre 1750 et 1850, qui appartenait à ma grand-mère, qui la tenait de sa mère, qui la tenait de sa mère… », retrace Marc, pianiste de 61 ans. La ferme était exploitée jusqu’en 1992, puis Marc et sa femme Annick, violoniste aujourd’hui âgée de 58 ans, la reprennent l’année suivante pour y restaurer à l’ancienne l’habitation. « On voulait rester dans le même style qu’à l’origine et garder le cachet de la maison et des bâtiments agricoles autour, donc on a essayé de trouver des matériaux de récupération. »

 


Extension en coque de bateau

extension en coque de bateau

Une nouvelle cuisine renversante.

Accostée sur une île du Morbihan, l’Atypique extension d’Odile, en forme de coque de bateau renversée, navigue entre toiture végétalisée, charpente marine hors normes et une attention aux détails qui file la métaphore navale.

Sans mauvais jeu de mots, cette extension en coque de bateau renversée a fait chavirer mon coeur. Laissez-moi reprendre mon souffle, que je vous présente ma bien-aimée. Elle se niche au creux d’un bois qui plonge tête la première dans une époustouflante vue sur l’océan breton. À mon grand désespoir, le coeur de cette belle insulaire est déjà pris ; elle héberge Odile, dynamique photographe de 63 ans. « La mer, je suis tombée dedans quand j’avais 2 ans et je n’en suis jamais ressortie », sourit Odile. Née en région parisienne, elle a fini par larguer les amarres sur une île du Morbihan. Passée l’immense baie vitrée, on se croirait dans la cale d’un navire.