Rénover : Sur les parpaings, la paille

RENOVER PAILLE

Quand la moisissure est apparue dans leur maison tout juste acquise, les Ehrlich n’ont pas perdu de temps pour la rénover et l’assainir avec des matériaux simples et naturels.

Et beaucoup de réemploi.

Au sol, une ligne d’émaux, type Briare, longe les murs. Ces petits carrés de mosaïque sont bleus ou beiges selon les pièces. Ils comblent le vide laissé dans le carrelage par l’ancien isolant, un complexe de plaque de plâtre et de polystyrène, que la famille Ehrlich a ôté pendant la rénovation de sa maison. Une rénovation qui s’est imposée quand, dès le premier hiver de leur installation, de la moisissure est apparue sur les murs des chambres d’Emélie et Marlène, les filles de Volker et Ria. « Il était hors de question que l’on fasse vivre nos enfants dans un milieu malsain », lance Volker en bon père et architecte de métier. Bien qu’il aurait « préféré simplement poser [ses] valises », souffle-t-il, en se balançant sur sa chaise de jardin.

En 2018, quand ils emménagent dans ce quartier pavillonnaire de Poissy, dans les Yvelines (78), « la maison paraissait belle et propre », fait-il savoir d’un sourire narquois. À l’image de toutes ses voisines des années 1960, elle était plutôt cubique, disposée au milieu de 400 m2 de terrain. Sa façade crépie de ciment, son toit à quatre pans, une allée cimentée descendant au garage et un petit escalier en béton menant au palier. À l’intérieur, des murs lisses, blancs, lessivables, du carrelage, des fenêtres en PVC. « L’ancien propriétaire, un maçon, avait dépensé beaucoup d’énergie à la rénover lui-même… », assure Volker. Mais ces matériaux trop étanches ont empêché les murs de laisser s’échapper la vapeur d’eau et fait condenser l’humidité au niveau des ponts thermiques : les angles des murs orientés nord, autour des fenêtres et au niveau des rejingots (partie supérieure des appuis de fenêtre). La famille n’a d’autre choix que purger la structure, puis l’isoler à nouveau.

Faire respirer de nouveau

En ôtant le complexe BA13/polystyrène sur les deux niveaux de la maison, sous-sol et rez-de-chaussée, ils découvrent les murs de parpaings enduits de 3 ou 4 cm de plâtre et recouverts par autant de couches de tapisserie que la maison a accueilli de vies. Par chance, « la moisissure était principalement sur l’isolant, précise Volker. On a remis les murs à nu et on les a abrasés avec du papier à poncer jusqu’à redonner au plâtre sa blancheur ». Seules les pièces humides – cuisine et salles de bains de l’étage et du sous-sol – conservent le complexe isolant, revêtu de carrelage (d’origine pour l’étage) qui crée une paroi étanche, « pour des économies de travail ». Et de matière.

Le but étant de faire « respirer » de nouveau la maison, place aux matériaux hygroscopiques en intérieur. Grâce à leurs petits pores, ils ont la capacité de fixer une partie de l’humidité de l’air environnant, puis ensuite de l’évacuer. Pour les murs des chambres et du salon, la famille choisit des enduits prêts à l’emploi en argile, sable et paille de lin (marque DeWulf). Ils s’appliquent en deux passes, directement sur le plâtre. Pour que ce dernier n’absorbe pas l’humidité nécessaire à la prise de l’enduit posé ensuite (ép. 7 mm) tout en favorisant son adhérence, une sous-couche est d’abord appliquée au pinceau. La terre est choisie plus ou moins brune selon les pièces. Aujourd’hui, la lumière l’anime de reflets dorés et d’ondulations laissées par les coups de taloche.


Ils ont rénové une maison en paille

autoconstruction-paille-vitre

Aurélie et Gweltaz ont acheté une maison autoconstruite en bois et paille deux ans plus tôt. Ils l’ont améliorée pour s’approcher des performances passives. VMC double flux et chauffe-eau solaire ont fait chuter les factures et grimper le confort !

De tels logements ne courent pas les vitrines des agences immobilières. Bioclimatique, alimentée en eau de pluie, chauffée pour une poignée de bûches, bâtie en bois et isolée en bottes de paille ; Aurélie et Gweltaz achètent en 2016 cette maison autoconstruite dans un quartier de Vitré (35). Le descriptif a beau être idyllique, ils découvrent quelques lacunes et décident de pousser ses performances.
« Les murs en paille avec finition bois ou chaux étant perspirants, certains pensent qu’on peut se passer de ventilation. La vapeur d’eau migre à travers la paroi, mais les polluants, eux, ne sont pas évacués. Composés organiques volatils (COV) des peintures, formaldéhydes des colles », cite Gweltaz en toquant contre le plan de travail de la cuisine qui « en dégage pendant deux ou trois ans ». Conseiller info-énergie(1), il apporte un appareil de mesures du taux de particules fines, de dioxyde de carbone (CO2), de COV et d’humidité.

« Un logement ne devrait pas dépasser 800 parties par million (ppm). Ici, on ne descendait jamais sous 900 ppm. Avec des invités, on a vite grimpé à 1 600 ppm. Chacun expire du CO2, porte des vêtements, du parfum… Le temps d’y rentrer une bûche, le poêle dégage du monoxyde de carbone, du benzène, du NOx. Le taux est monté à 2 500 ppm. Le lendemain, on était à 1 100 ppm… » Lire la suite


Rénover : transformer un entrepôt

transformer un entrepôt

Et l’entrepôt devint maisonnette

Depuis la rue, on ne se doute de rien. Le soleil vient frapper un mur aveugle dont le crépi n’a pas été refait depuis longtemps. On n’imagine pas quelqu’un vivre derrière. Et pourtant… Quand on pousse le lourd portail de bois, on débouche sur une jolie courette qui distribue un immeuble et une maisonnette. De grands bacs à fleurs voisinent avec une table de jardin sur laquelle traînent encore quelques verres. Le mur côté rue cachait bien son jeu. Il y a de la vie ici. « Bonjour, bienvenue chez moi, lance Marie-Anne dans l’embrasure de sa porte.

Entrez. Vous verrez, c’est petit, mais c’est mignon. » On la suit et on confirme : c’est petit, certes, mais ça a beaucoup de charme. « Quand j’ai découvert ce lieu, ça en manquait singulièrement. Il fallait faire preuve d’imagination. Mais j’en avais », reprend cette Lyonnaise de 39 ans. En effet, elle  vient de terminer un long chantier de rénovation pour transformer cet ancien entrepôt en un logement douillet, entièrement rénové avec des matériaux sains.


Rénover : un duplex basse consommation

duplex basse consommation

L’appartement s’agrandit, la facture de chauffage rétrécit !

Dans un immeuble du centre-ville de Lyon, l’appartement vieillissant d’Anne, Etienne et leurs trois enfants s’est mué en un duplex contemporain. Par la même occasion, la passoire thermique est devenue logement basse consommation.

Lorsqu’ils emménagent dans cet appartement en 2006, Anne Berger et Étienne Vienot en sont locataires. Naît ensuite leur premier enfant, Aimé. Puis Lucie, suivie de Zoé. « Ça ne tenait plus, on a donc pensé à déménager, se souvient le couple. Mais on aimait bien le quartier et cet appartement avait du potentiel. »

 


Escapade

gîte esprit cabane

Maître cabanon, sur un arbre perché.

Hop hop hop, on prend les sacs, quelques affaires de rechange, les brosses à dents, le bon roman ou la BD inspirée et c’est parti. « Mais où va-t-on mon coeur ? » « Prendre un peu de hauteur. »


Rénover

rénovation grange

Le fabuleux destin de la GRANGE À FOIN.

Transformer une grange en belle maison écologique pour moins de 60 000 € ? C’est possible ! La recette ? 99 % d’autoconstruction, du temps et de bonnes connaissances en bâtiment. Sans oublier le coup d’oeil, bien sûr !


Rénover

renovation ecologique pas cher

Éco-rénover à MOINS DE 500 € par mètre carré.


Cette écorénovation en autoconstruction d’une ferme du Haut-Forez montre une astucieuse combinaison de persévérance, de techniques traditionnelles, de matériaux naturels et de réemploi. Éloge de la patience et de la frugalité.


Rénover avec des matériaux biosourcés

Rénovation : isolation solivage en liège

Avec cette 24ème émission des Clés de la Rénovation, nous abordons le thème « Rénover avec des matériaux biosourcés »
Pour faire le tour de cette question, nous avons à nos côtés :
– Samuel Courgey, référent technique Bâtiment & Energie, auteur de L’Isolation thermique écologique et parmi les pionniers du développement des filières paille et chanvre.
– Pierre Le Rouzic, conseiller info énergie chez Aloen, Agence Locale de l’énergie de Bretagne Sud.

Émission diffusée pour la première fois en direct le 14 décembre 2016

 


Rénover avec des matériaux biosourcés : les… par reseau-CLER

Minutage des questions

01’00 Qu’est-ce qu’un matériau biosourcé ?
02’00 Ces matériaux sont-ils forcément écologiques ? Lire la suite