La maison du 21e siècle : passive et positive !

Dossier de La Maison écologique spécial bâtiment passif et à énergie positive

Le bâtiment passif ou à énergie positive est la clé du futur! D’ici 2020, les bâtiments neufs ne devront presque plus consommer d’énergie, voire devront en produire. Cela suppose de bouleverser les habitudes et de se mettre à construire très performant, pour de bon. En neuf, mais aussi en rénovation, les bâtiments passifs sont ceux qui consomment le moins, ce qui facilite le passage à l’énergie positive. Mais pour qu’ils deviennent la norme, il faut dépasser un certain nombre de préjugés.

Difficile, le passif ? Un dossier pour le démystifier, à lire dans le magazine La Maison écologique n° 93 (juin-juillet 2016).

À quoi ressemblera la maison écologique du futur ?

Lire la suite


Les futurs architectes touchent enfin à l’écoconstruction

Pour les futurs architectes, atelier écoconstruction à l'Ecole nationale d'architecture de Bretagne, à Rennes.

Des apprentis architectes de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne (Ensab), à Rennes, participent à un atelier pratique d’écoconstruction. Sur les 80 étudiants de quatrième année à qui ce module innovant a été proposé, 25 ont voulu participer, pour 18 places.

« L’écoconstruction n’est pas enseignée dans les écoles d’architecture. Pourtant, elle ouvre des horizons plus larges. Le béton armé, les étudiants savent faire. Les matériaux biosourcés impliquent un peu plus de complexité et de réflexion sur les connexions entre les matériaux. » Rozenn Boucheron-Kervella, architecte, enseignante à l’Ensab, coordinatrice pédagogique du projet.

Depuis décembre 2015, les étudiants, futurs architectes, construisent dans la cour de leur école d’architecture un bâtiment de 20 m2 en ossature bois, paille, liège, enduits terre ou chaux…

Lire la suite


Stages écoconstruction

Dessin de Nicolas Haverland sur le dossier formation à l'écoconstruction du magazine La Maison écologique n° 92

Un petit dessin très drôle de Nicolas Haverland, l’un des dessinateurs réguliers du magazine La Maison écologique, qui illustre notre dossier pour trouver un stage ou une autre formation courte à l’écoconstruction en France, à paraître dans le magazine La Maison écologique n° 92 (avril-mai 2016). Ce magazine sera en kiosque le 30 mars 2016 et chez nos abonnés quelques jours avant!

Être plus autonome, se réapproprier des savoir-faire et ses biens matériels, mobiliers ou immobiliers, réaliser des économies, réduire son empreinte écologique, gagner en efficacité énergétique, chercher l’harmonie avec la nature… La liste des raisons de suivre une formation en écoconstruction peut s’allonger indéfiniment. La France regorge d’une multitude de modules courts – de quelques heures à quelques jours – pour apprendre à construire, rénover, isoler, fabriquer, décorer en autonomie. Dans ce dossier spécial, nous avons répertorié plus de 350 stages et formations courtes, théoriques ou pratiques, approfondis ou initiatiques, accessibles aux particuliers. Nous y détaillons les coordonnées des organismes de formation qui les dispensent.

Au gré de ce voyage hexagonal, chacun fera étape où bon lui semble, pendant quelques heures ou quelques jours, afin d’y apprendre à concevoir un projet d’habitat, construire des murs en bottes de paille ou à ossature bois, rénover une vieille longère en pierre, isoler son logement avec des matériaux biosourcés ou le décorer au naturel, souder, travailler le bois, maîtriser la plomberie ou l’électricité, gérer l’humidité du bâti, son étanchéité ou sa ventilation, réaliser ses installations de chauffage, de production d’électricité renouvelable ou d’assainissement…


Ecoconstruction : un clip de rap hilarant

Le clip de rap de Pang, Habitat Plume, sur l'écoconstruction

Du rap bio.

Un groupe de “rap bio” et belge a mis en musique l’écoconstruction et l’habitat léger dans un clip des plus drôle, intitulé Habitat Plume. Mise en scène, costumes, jeu et paroles d’une grande qualité, cette hilarante revisite du conte des Trois Petits Cochons et du Grand Méchant Loup par le collectif made in Bruxelles PANG vaut le détour! Affublés de nez de cochons face au loup de la finance et des normes réglementaires, les autoconstructeurs d’habitats légers finissent par gagner à leur cause le troisième compère, adepte de la maison en brique, croulant sous le travail et les dettes. Avec pour refrain “autonomie, autoconstruit, écologie, respect de choix de vie”, la chanson évoque avec pertinence la construction en paille, l’isolation, les toilettes sèches, les poêles à bois…

Le groupe composé de MC Rien à Dire, Monkey Mix et Flo milite en musique autour de l’écologie urbaine, la transition énergétique, alimentaire, la complexité de l’humain et les relations humaines. Leur cheval de bataille? “Rap bio, reggaeton, dancehall, musique congolaise, musique de la forêt, afrobeat, énergie des fleurs et on en passe”, lit-on sur leur page Facebook.


Conférence gesticulée sur l’écoconstruction



L’écoconstruction et l’épuisement des ressources expliqués au travers une revisite détonante du célèbre conte des Trois petits cochons

“Le mensonge des Trois petits cochons” est une conférence dite gesticulée où se mêlent infos pratiques, décorticage de greenwashing, jonglerie et isolation écologique !

Ce spectacle intelligent est mené par le comédien, formateur en écoconstruction, Manuel Moreau, de la compagnie Les Frères Lepropre. Pour connaître les prochaines représentations, rendez-vous sur le site de la Compagnie.

 

 

Présentation :

La fameuse histoire des Trois petits cochons est à l’origine du culte du béton, cette conférence gesticulée vous racontera une version moderne redonnant ses lettres de noblesse à la construction paille et bois. Entre isolation écologique et jonglerie, entre épuisement des ressources et clowneries, cette conférence propose de faire le point sur l’habitat écologique et l’urgence d’agir pour changer notre société. Les différents scénarios de fin des ressources naturelles s’entremêlent avec des réflexions personnelles pour changer notre regard sur le monde afin de laisser place à notre imaginaire pour développer des solutions alternatives. Lire la suite