Rénover : Colombages, roseaux et coquillages

colombage

Cindy et Loïc ont écorénové une maison à colombages alsacienne construite en 1601.

L’emploi de matériaux naturels comme le roseau leur a permis de conjuguer performances thermiques et respect du patrimoine.

Les superlatifs manquent pour qualifier l’écorénovation de l’ancienne maison alsacienne conduite par Cindy Spies et Loïc Cavalier à Eckwersheim (Bas-Rhin), au nord de Strasbourg. Dans cette commune de 1 000 habitants où Loïc a passé son enfance, le couple a déniché une maison et sa dépendance totalisant 316 m2 au sol. Impossible de ne pas tomber sous le charme de son colombage, de sa petite cigogne en terre en toiture, de son balcon à galerie ornant la façade côté cour. « D’après la base de données du patrimoine Mérimée, notre maison serait la deuxième habitation du village. Sa construction remonterait à 1601. Plusieurs pièces exhumées pendant le chantier corroborent cette hypothèse, comme une pierre marquée de 1650, un linteau de 1700 », éclaire Loïc. 

Ce technicien en packaging de 39 ans se passionne depuis plusieurs années pour la préservation du patrimoine au travers de l’Association pour la sauvegarde de la maison alsacienne (Asma). Lui et sa compagne Cindy, 27 ans, chargée de marketing digital, ont dessiné les contours de ce projet d’écorénovation ambitieux en s’appuyant notamment sur l’expertise d’un bureau d’études thermiques, Képhir Environnement. Par le biais de l’Asma, ils ont dégoté les entreprises spécialisées et profité des réunions organisées par l’association. Ces stammtich, comme on dit en dialecte alsacien, réunissent autour d’une même table des porteurs de projets, des architectes, des bénévoles passionnés et des artisans.