Territoire : Chanvre : Eco-Pertica innove et tisse la fibre du circuit court

Eco-pertica filiere chanvre

Dans l’Orne, Eco-Pertica, une coopérative inspirée, et membre du réseau national des Chanvriers en circuits courts, a créé une filière locale autour du chanvre et de la terre. De la conception à la mise en œuvre.Assistance à maîtrise d’ouvrage, mise en relation avec des artisans, fourniture de terre et d’isolant en chanvre fermier, location de matériels dédiés aux techniques du chanvre.

La coopérative Eco-Pertica est multitâche.

Fondée en 2011, elle est née du rapprochement d’un duo d’associations œuvrant notamment dans la rénovation écologique, toutes deux créées par Antoine Elleaume, actuel gérant de la coopérative. Auparavant chargé de mission au Parc naturel régional du Perche, territoire historiquement connu pour la culture du chanvre textile, ce dernier avait étudié la faisabilité d’une filière locale de chanvre destiné au bâtiment. Aujourd’hui, la société coopérative d’intérêt collectif (Scic) compte 85 sociétaires, répartis dans sept collèges où agriculteurs, artisans, clients bénéficiaires, partenaires et salariés sont tour à tour représentés. Objectifs ? Promouvoir « une écoconstruction écologique, performante, accessible à chacun et ancrée sur les territoires », tout en développant des filières d’écomatériaux locaux.

Ligne de fabrication autoconstruite

Sans matériel ni expérience pour transformer le chanvre, « le groupe est parti de rien, se souvient Alexandre Cealis. Antoine a rencontré Philippe Lambert, un agriculteur qui cultivait encore du chanvre pour une filière très spécialisée, hors bâtiment. Très bon mécanicien, ce dernier a commencé à imaginer un équipement autoconstruit pour séparer la fibre de la chènevotte ». Challenge corsé : « Trier du granulat léger dans de la fibre n’est pas simple, d’autant que la fibre du chanvre est longue et très solide, et risque donc de provoquer des bourrages. » 

Les Normands cherchent alors l’inspiration chez leurs homologues des Chanvriers du Mellois, dans les Deux-Sèvres. Cette association fait partie de Chanvriers en circuits courts, un collectif de développement de « micro-filières locales de production de chanvre fermier pour l’écoconstruction » auquel adhère dorénavant Eco-Pertica. Antoine Elleaume et Philipple Lambert assemblent alors plusieurs moissonneuses-batteuses pour construire une ligne d’où sortiront les différents types de chènevotte et les bottes de paille de chanvre. La coopérative élabore également des outils pour les artisans et les autoconstructeurs : une souffleuse pour projeter des mélanges terre-chanvre, une autre pour la laine de chanvre.

En parallèle, la Scic promeut la vertueuse plante auprès des artisans, des particuliers et des collectivités. « Soirées d’information, visites de chantiers… La sensibilisation a d’emblée été le deuxième pilier de notre action », poursuit Alexandre Cealis.

Acteur de la recherche locale et nationale

L’activité d’Eco-Pertica s’enrichit encore avec l’arrivée d’un chercheur en matériaux, Arthur Hellouin de Menibus, qui ouvre en 2015 un volet recherche et développement…