Le chauffage écologique sous le feu des projecteurs

couverture hors série chauffage écologique

A l’arrivée de l’automne tombe une question brûlante. Comment allons-nous chauffer notre logement cet hiver ? Alors pour ne pas laisser nos lecteurs dans le brouillard, La Maison écologique, magazine de référence pionnier de l’habitat écologique et des énergies renouvelables, a bûché sur un nouveau hors-série. Le Guide pratique du chauffage écologique.

 

extrait hors série 8 chauffage écologique - sommaire

 

Enfin, ce numéro spécial chauffage est sorti dans les kiosques ce lundi 16 octobre 2017. Et il vous y attendra jusqu’au 16 décembre 2017. Vous pouvez aussi le commander directement sur le site de La Maison écologique.

 

extrait hors série 8 chauffage écologique - poele granulé

 

Enquêtes, comparatifs, conseils d’experts, ce hors-série approfondit une vaste thématique. Il présente les multiples solutions de chauffage écologiques applicables en construction neuve comme en rénovation.

 

extrait hors série 8 chauffage écologique - plancher mur chauffant

 

Poêle à bois bûche, poêle à granulés de bois, chaudières biomasse, chauffage solaire, systèmes combinés bois et solaire… Mais aussi chauffage passif grâce aux principes bioclimatiques, se chauffer via une VMC double flux, géothermie profonde ou de surface, aérothermie, murs et planchers chauffants, etc.

 

extrait hors série 8 chauffage écologique - solaire et bois

 

Vous y découvrirez aussi tous nos conseils pour financer votre installation de chauffage grâce aux aides financières. Ainsi que pour trouver le bon artisan, s’assurer de la qualité du matériel, etc.

 

extrait hors série 8 chauffage écologique - aérothermie

 

Ce guide pratique du chauffage écologique sera la lecture idéale pour préparer vos longues soirées au coin du feu!


chauffage solaire et bois : couple mixte

chauffage solaire et bois

Chauffage solaire et bois solution 100 % renouvelable.

Le soleil : une ressource inépuisable mais non prédictible, qui exige une énergie d’appoint. Pour s’affranchir des énergies fossiles et même de l’électricité, le couplage avec le bois garantit un chauffage 100 % renouvelable. Séduisant ce couple mixte exige un grand soin à l’installation.

Nicolas Vérots n’a pas froid aux yeux. Non content d’avoir construit lui-même sa maison à Saint-Chamond (Loire), ce fonctionnaire (ex-contrôleur technique de la RT 2012 dans la construction publique) s’est lancé dans l’auto-installation d’un système de chauffage couplé solaire-bois. « Un défi motivé par la recherche de performance thermique dans une maison dénuée d’ouverture au sud pour bénéficier des apports passifs », explique le jeune père de famille.


Chauffage au bois : le conduit de cheminée

conduit de cheminée

Conduit, tout n’est pas permis.

Le conduit de cheminée représente un élément capital d’une installation de chauffage au bois. Sa structure et son installation sont régies par des normes strictes.

Comme l’appareil de chauffage, un conduit de cheminée doit être adapté et bien installé. C’est lui qui permet à l’appareil de fonctionner correctement et qui garantit la sécurité des biens et des personnes. En effet, un bon tiers des sinistres aurait pour origine un feu de cheminée ! L’installateur a la responsabilité du conduit sur lequel il se raccorde, qui doit être conforme à la norme DTU 24.1.

Tout d’abord, si vous avez déjà chez vous un conduit de cheminée, l’artisan doit l’inspecter de A à Z. Il doit s’assurer du respect des distances au feu réglementaires,…


Chauffage au bois : les inserts de cheminée

inserts de cheminee

L’insert entretient la flemme à l’ancienne.

Que vous possédiez déjà une cheminée à foyer ouvert ou que vous rêviez d’un tel apparat dans votre salon, les inserts de cheminée sont faits pour vous ! On vous fait les présentations.

Pour garder le charme des feux de cheminée d’antan tout en limitant grandement les pollutions, il existe l’option insert. Deux possibilités : améliorer le rendement de votre ancienne cheminée avec un insert « cassette » ou vous offrir une cheminée neuve. Dans l’existant, il est possible d’améliorer le rendement d’une cheminée à foyer ouvert grâce à un insert « cassette » encastré dans le foyer de la cheminée. Le rendement passe alors de 15 % (cheminée) à 60-80 %.


Chauffage au bois : les chaudières à bois

chaudières à bois

Le chauffage central rallume la chaudière.

Les chaudières à bois combinent efficacité et facilité. Elles peuvent chauffer toute la maison et produire l’eau chaude sanitaire.

Elles sont l’assurance d’un chauffage homogène dans toute la maison. Ces appareils produisent de l’eau chaude qui alimente un circuit de chauffage central et peuvent également préparer l’eau chaude sanitaire. Elles sont surtout intéressantes pour les maisons grandes, dotées d’une chaufferie, mais on trouve aussi des chaudières à granulés de petites puissances modulant dès 1,2 ou 3 kW.

Les chaudières à bûches sont moins chères, mais impliquent manutention et stockage du bois. Celles à granulés et plaquettes coûtent plus cher à l’achat et en combustible, mais elles ne demandent quasiment aucune intervention de votre part.


Chauffage au bois : les poêles de masse

les poêles de masse

Une chaleur douce à coup de masse.

Les poêles de masse permettent de concilier chaleur agréables, combustible économique et corvées de recharge de bois peu fréquentes.

Le poêle de masse, tout le monde en rêve ! Alimenté par des bûches, il fonctionne non pas par convection mais majoritairement par rayonnement. Il ne chauffe donc pas l’air mais des masses (murs, sols…) capables de conserver la chaleur et de la restituer sur le long terme. Conséquences : il procure une chaleur douce, constante, homogène, sans « courants d’air » pendant 12 à 24 heure. Il est en outre très économe en bois.

Mais si tous les amateurs de chauffage à bûches n’ont pas leur poêle de masse, c’est que l’investissement de départ est important.

 

 


Chauffage au bois : les poêles à granulés

les poêles à granulés

Les poêles à granulés, le bois sans tracas.

Les poêles à granulés connaissent un succès grandissant. Ils restent cependant relativement nouveau et assez méconnus. Automatiques et souvent programmables, ils sont pourtant simples d’utilisation et offrent de très bons rendements.

Le poêle à granulés s’occupe de tout pour vous (ou presque). Il allume le feu sur commande, puis l’alimente en granulés au fil des besoins, de façon à garder la température du thermostat. Et ce jusqu’à ce que le réservoir soit vide, en général au bout de 12 à 72 h. Alors seulement, il faut travailler un peu pour le recharger, sauf pour les poêles raccordés à un silo de stockage, qui supposent par contre d’avoir de la place disponible. Le poêle à granulés offre en tout cas un grand confort d’usage et de vie.


Chauffage au bois : les poêles à bûches

les poêles à bûches

Les poêles à bûches, robustes et économiques.

Performants et modernes, les poêles à bûches présentent un bon rapport qualité/prix et brûle un combustible accessible et bon marché. Mais pour être efficace, il doit être bien dimensionné, bien réglé et surtout bien utilisé.

La bûche est le combustible le moins cher du marché ! Elle est d’autant plus intéressante que le bois est une ressource renouvelable et souvent locale, voire gratuite pour qui « fait son bois ». Son utilisation nécessite de supporter quelques contraintes. Il faut organiser son approvisionnement et son stockage, accepter d’alimenter régulièrement le foyer (toutes les 45 mn environ) et de vider les cendres du réservoir. Mais quelle belle flamme !

 


Chauffage



Un système de chauffage est constitué de deux éléments : un générateur et un ou des émetteurs de chaleur. Allié à l’isolation, son rôle est d’assurer le confort thermique des usagers. Le chauffage peut également être couplé avec la production d’eau chaude sanitaire.

Le générateur peut être de différents types (chaudière, pompe à chaleur, poêle, etc.) et utiliser différentes énergies (bois, géothermie, gaz…). Quant à l’émetteur de chaleur, il existe sous de nombreuses formes : radiateur basse température, convecteur, plancher et mur chauffants, etc. Les émetteurs peuvent fonctionner par rayonnement : ils réchauffent un corps à distance grâce à des ondes infrarouges (comme le soleil) – c’est le cas des radiateurs basse température, des poêles de masse. D’autres fonctionnent par convection : ils chauffent directement l’air. Des flux se créent alors pour réchauffer la maison. L’avantage du rayonnement est qu’il n’y a pas de brassage d’air et de poussière et que l’air ne s’assèche pas.

 

Voici les principaux modes de chauffage écologique :

 

Le bois

Chaudière, poêle, poêle de masse, foyer fermé… Il existe diverses solutions et types de bois à exploiter (granulés, bûches, plaquettes…). Il y en a également pour tous les budgets et de toutes les puissances. Un chauffage bois bas de gamme, mal entretenu ou mal utilisé est une source de pollution : émissions de particules fines assurées. Pour appuyer le côté écologique du bois, choisissez un appareil de bonne qualité, correctement posé et entretenez-le bien !

 

La géothermie

Elle fonctionne avec une pompe à chaleur qui extrait des calories grâce à des capteurs horizontaux ou verticaux situés dans le sol. Attention, cependant, la pompe à chaleur fonctionne avec de l’électricité. Plus le coefficient de performance (COP) est élevé, plus votre appareil est performant. Le COP minium conseillé est de 3. En-dessous, mieux vaut passer à un autre système de chauffage.

 

Le solaire

Il se décline sous différentes formes : le solaire passif, que l’on trouve dans toutes les maisons bioclimatiques via les vitrages, le solaire thermique avec un fluide qui circule dans des panneaux, et le solaire aérothermique qui repose sur la convection de l’air. Le chauffage solaire est facile à coupler avec la production d’eau chaude sanitaire. Il nécessite une autre énergie en appoint car le solaire ne peut que rarement assurer 100% des besoins.

Questions à se poser

Quels sont mes critères de choix pour mon système de chauffage ? Impact environnemental, confort, maintenance et entretien, budget à l’investissement, en entretien, en approvisionnement en combustibles…

Est-ce que le système de chauffage que j’envisage correspond bien à mon mode de vie (réapprovisionnement régulier d’un poêle à bois bûche, par exemple) et à la typologie du logement (maison bois, maison massive en pierre ou terre…) ?

Points de vigilance

Il existe de toutes les qualités à tous les prix quand il s’agit de chauffage. Privilégiez les labels (NF, Flamme verte pour le bois) et consultez les étiquettes énergie.

Choisir un professionnel qui possède la qualification RGE vous permet de bénéficier des aides comme le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Mais, surtout, choisissez un bon professionnel pour vous assurer une installation et des réglages de qualité.

Sélection d’articles/dossiers pour Chauffage :

Dossier : tous à poêle !
A chacun sa chaudière bois
Chauffage solaire
Hors-série: Guide pratique du chauffage écologique
Dossier : Les pompes à chaleur, amies du climat ?


Poêles de masse artisanaux, les recommandations de l’Ademe



Chauffage. Un récent rapport de l’Ademe* fait le point sur les poêles de masse construits sur mesure. L’objectif : « clarifier le statut réglementaire et normatif (…) et évaluer les niveaux de performances pour statuer sur leur éligibilité dans les dispositifs existants », entendez le crédit d’impôt transition énergétique et la TVA réduite. Les auteurs concluent que la norme EN 15544 Poêles en faïence, poêles en maçonnerie fabriqués in situ, largement utilisée puis validée en conditions réelles en Autriche et en Suisse, est adaptée au contexte français et qu’elle permet même de garantir de meilleures performances que sa cousine EN 13240, utilisée pour les poêles à bois classiques. On lit également que la norme EN 15544 est « quasiment impossible à mettre en œuvre sans l’utilisation d’un logiciel de calcul ». Les poêliers autrichiens et suisses utilisent pour cela l’outil BASIC 2+, qui est désormais disponible en France, avec une courte formation, auprès de la Fédération française des poêliers atriers.
Les recommandations de ce rapport seront vraisemblablement suivies par les services des impôts. Ainsi, pour bénéficier des aides de l’État, il faudra a priori passer par un professionnel détenteur d’une licence de ce logiciel et agréé par la Fédération française des poêliers atriers. Échéance envisagée : 2018.

* rapport final_Les poêles de masse artisanaux en France 2016_11_25