Grrrrranulés de bois, flambée des prix mais pas de pénurie



CHAUFFAGE – GRANULÉS DE BOIS

« Oui, il y a une tension, mais avec 240 000 t fournies chaque mois aujourd’hui et un doublement des capacités de production en cours pour 2028, on ne peut pas parler de pénurie, nous expliquait mi-octobre Éric Vial, directeur de Propellet, association nationale des professionnels du chauffage aux granulés de bois. Les granulés s’achètent habituellement par lot de 20 à 30 sacs de juin à novembre ; cette année, les achats ont commencé dès mars, et en plus grande quantité », d’où la forte tension sur l’approvisionnement. Le doublement des tarifs sur un an est dû à la hausse du coût des matières premières (x 2), de l’électricité (jusqu’à x 14) nécessaire à la production et du carburant (+ 30 %) pour le transport. « Le prix cohérent est aujourd’hui à 600 €/t. Au-delà, c’est la panique qui fait grimper la note. » À 0,13 € TTC/kWh, le granulé est toujours compétitif face à l’électricité dont les tarifs n’explosent pas chez les particuliers seulement grâce au bouclier tarifaire encore en vigueur pendant quelques mois…

Brèves d’actualités extraite de notre magazine n°132, disponible en kiosque jusque fin janvier 2023 et ici sur notre site.


Territoire : Autoconstruire ses outils de production d’énergie



Niché dans une ferme de la Loire qui accueille des activités agricoles et culturelles, l’Atelier du Zéphyr propose des stages pour autoconstruire ses outils de production d’énergie renouvelable.

Accros aux stages d’autoconstruction, Aurélie et Clément ont créé l’Atelier du Zéphyr, en 2018, pour partager leur savoir-faire et le transmettre. Cuiseur solaire parabolique, cuiseur rocket aux allures de petit chaudron, éolienne Piggott à adapter en fonction de ses besoins en électricité ; l’association propose des formations, encadrées par quatre salariés, afin de construire des outils pour se chauffer, cuisiner ou produire son électricité. « On fait la promotion de l’autoconstruction et des énergies renouvelables. On ne vend pas un produit. L’idée est de pouvoir faire un cuiseur solaire ou une éolienne et d’être ensuite assez autonome pour la réparer soi-même, souligne Aurélie. Pendant les stages, on en profite pour donner envie aux gens d’utiliser une autre énergie pour se nourrir. Cette semaine, par exemple, le stage porte sur le Poelito [un petit poêle semi-démontable pour chauffer et/ou cuisiner, ndlr] et comme il fait beau, le cuiseur solaire parabolique et le cuiseur à bois servent pour préparer à manger. » En 2021, 90 stagiaires sont passés par l’Atelier et certains reviennent même construire un cuiseur ou un poêle utilisés pendant leur séjour à la ferme.

Transmission et accessibilité

Outre la sensibilisation par l’usage, l’Atelier du Zéphyr partage en open source tous les manuels de fabrication dont il dispose, notamment via son site Internet. « Nous n’avons quasiment rien inventé, il y a déjà de très chouettes outils qui existent. Il arrive souvent qu’on reprenne des idées déjà réalisées par certains qui n’ont pas eu le temps de faire de la documentation. Alors, nous faisons les plans pour les partager », explique Aurélie. Inspiration, coups de mains, regroupement des forces, l’Atelier du Zéphyr fait partie d’un riche réseau d’acteurs de la low tech et de l’autoconstruction : Tripalium pour les éoliennes, Feufollet pour les cuiseurs à bois, le Low-Tech Lab, Oxalis, Alter’Eco 30, etc.

Si la maîtrise de l’énergie peut paraître technique, l’association a plus d’un tour dans son sac pour la rendre accessible. « Sur notre site, on fait des articles pour vulgariser. Par exemple, on en a fait un sur le feu de bois pour expliquer ce qu’est une combustion propre avec des mots simples. » Et pour les novices en bricolage, des initiations mensuelles de 2 à 3 h reprennent les bases de la soudure à l’arc, de la brasure ou encore de l’électricité. Elles ont lieu à Lyon, dans un atelier de la friche Lamartine* et s’adressent à un large public, au-delà des autoconstructeurs stagiaires.


Rénover : Sous une toiture de paille et de solaire, le pavillon devient économe

isoler les soubassements

Devant leur baie inondée de lumière, Anne Martin et Gilles Guellier observent un geai des chênes qui vient de se poser sur une branche.

La rivière le Beuvron coule au fond du jardin, la vie fourmille. Ils sont sereins, ravis de leur pavillon. Et pourtant, ce couple d’anciens agriculteurs, pionniers de l’agriculture biologique dans le Loir-et-Cher, ne s’attendait pas, pour leur retraite, à quitter la belle longère en pierre de la ferme pour rénover une maison des années 1970. « Nous voulions construire une maison écolo, en habitat collectif avec cinq copains », lance Anne. La difficulté à trouver un terrain, des vacances entre amis et la petite phrase d’un des jeunes paysans qui a repris leur ferme – « Vous n’allez pas artificialiser des terres quand même ? » – contribuent au changement de projet.

« À Monthou-sur-Bièvre, la ferme était éloignée du village. Nous cherchions à nous rapprocher d’un bourg pour tout faire en vélo. Ce pavillon à Cellettes, au sud de Blois, convenait tout à fait », ajoute Gilles. Les paysans sont séduits par le jardin de 3 000 m2, très arboré et réalisé par un ancien paysagiste. Ils y ajoutent leurs ruches et quelques poules. Côté finances, le couple achète la maison de 105 m2 à 190 000 € et prévoit 100 000 € de budget travaux : « Nous avons eu de l’argent grâce à la vente de la ferme, mais nos retraites sont en-dessous de 1 000 €. Il nous fallait donc une maison qui ne coûte pas cher à l’usage. »

« Passionnés de construction écologique », « fidèles lecteurs de La Maison écologique », Anne et Gilles ont fondé, il y a une quinzaine d’années, l’association Fourum solaire pour travailler sur l’autonomie. Toilettes sèches, énergie solaire, bois construction… Le couple connaît bien ces sujets et les artisans du secteur qui les mettent en œuvre. Pour cette maison, typique des années 1970, construite sur un sous-sol et chauffée au fioul, ils décident de cibler l’agencement, l’isolation et le chauffage. 

Ils optimisent la disposition des ouvertures en fermant une fenêtre au nord, en en ouvrant deux à l’ouest, et un ami architecte leur conseille d’ouvrir un pan de mur au sud avec une longue baie vitrée double vitrage de 4,9 m de large, composée de quatre vantaux. Pour ne pas compromettre la structure de la maison, « nous avons passé un IPN (poutre métallique porteuse) et l’ouverture est restée quelque temps avec de nombreux étais ! », se souvient Gilles. Les menuiseries proviennent de l’entreprise Reveau, dans les Deux-Sèvres, et sont fabriquées en chêne. Au nord, le couple opte pour du triple vitrage.


Dossier : Chaudières bois, modernes, compactes, automatiques

chaudières bois

Si la fée électricité, avec la pompe à chaleur air-eau, rafle la mise dans les maisons neuves avec huit PAC installées pour une chaudière bois, cette dernière se défend bien en rénovation et pour les grands volumes. Cette année, elle est fortement plébiscitée(1). « Les citoyens étaient en attente de nouvelles aides. Maintenant que MaPrimeRénov’ fonctionne bien, les ventes progressent » , explique Éric Trendel, président du syndicat français des chaudièristes biomasse et PDG d’HS France.

Le terme chaudière biomasse englobe les chaudières à bois (bûche, granulé, plaquette) et les chaudières à biomasse végétale (paille, coques de fruits, etc.). Néanmoins, les granulés trustent largement le marché avec 85 % des ventes, principalement en renouvellement des chaudières fioul. 

Les chaudières bois d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec celles d’il y a 15 ans.

Les constructeurs se sont adaptés aux logements mieux isolés et ont fortement diminué les puissances, souligne Laurent Buisine, installateur à Onzain (41) : « Aujourd’hui, elles sont accessibles à Monsieur-tout-le-monde, y compris dans un petit pavillon sur sous-sol des années 1970-1980 pour 100 m2 ou parfois moins. » La puissance reine est 14 kW, néanmoins certains fabricants proposent des modèles à partir de 3 kW, comme Ökofen avec la Pellematic Smart XS.

Un chauffage qui s’allume tout seul

En plus d’un chauffage homogène, l’approvisionnement automatique s’est amélioré. Allumage à distance, combustion autorégulée grâce à une sonde lambda, espace réduit pour le stockage, peu de manutention, diagnostic des pannes sur smartphone… Le granulé se distingue. Mais ce confort a un coût. L’installation complète d’une chaudière à granulé, avec ballon tampon et silo, coûte au moins 18 000 €, soit deux fois le prix de la plupart des chaudières à buches. 

Bien que propre (sciure de bois sans colle), ce combustible est issu d’une transformation. Le bois voyage entre différents intermédiaires. S’il est disponible quasiment partout, avec une fabrication répartie sur le territoire, reste la question de la ressource et de l’exploitation forestière. Aujourd’hui, 90 % des granulés sont fabriqués à partir de déchets de scierie. Mais l’augmentation de la demande – plus de 200 000 t supplémentaires par an – pousse à faire feu de tout bois(2) 

Pour l’heure, le rondin reste l’indétrônable combustible bois des Français, à 83 %, largement devant les plaquettes (10 %) et les granulés (6 %). Mais la vente de chaudières bûche s’effondre depuis 10 ans, avec à peine 2 000 machines vendues chaque année. « Il y a pourtant un marché pour le bois bûche avec le renouvellement du parc existant. Plus de 50 % des appareils sont vétustes et polluent. Nous avons fait des progrès énormes sur la combustion et le rendement des chaudières ces dix dernières années…


Enquête : Autonomie en cuisine, allumez le feu… de bois

Cuisine au bois

La cuisine au bois revient au goût du jour

Comme moyen de cuisson autonome ou grâce à une ressource locale et renouvelable. Cuisinière, poêle ou rocket stove, tous les appareils sont permis pour cuisiner comme un chef !
La cuisine au bois a quelque chose de magique. Une allumette, du bois
sec et voilà un bon plat qui mijote au four, tout en réchauffant la pièce. Elle s’invite également dehors avec le rocket stove, un concentré de récup’ et d’autonomie pour de multiples usages. «Depuis le premier confinement, je croule sous les demandes de rocket stove !», lance Christophe Glaziou, co-concepteur d’un cuiseur (batchblock avec Uzume) et rédacteur du site outils-autonomie.fr. Alors, quels équipements choisir pour une cuisine quotidienne autonome et économe en énergie ?

Dans le commerce, de nombreux modèles de poêles permettent d’inclure un four. Il est alors bienvenu pour les cuissons lentes (max 150°C).
L’entreprise Aezeo, qui propose des formations à l’autoconstruction de poêles, a conçu un modèle bouilleur «troisenun» pour chauffer la maison, l’eau et cuisiner. La moitié de la puissance du Nautilus
sert au chauffage de la pièce d’implantation, l’autre moitié chauffe l’eau sanitaire. Une plaque de cuisson est ajoutée au-dessus de l’échangeur thermique. «Plus l’échangeur sera petit et plus la chaleur de la plaque sera importante. Mais elle ne dépasse guère 120°C», explique Sylvain Faruau, d’Aezeo. Le Nautilus peut aussi intégrer un four. L’entreprise est en train d’en concevoir un nouveau pour limiter les contraintes. «L’ancien ne dépassait pas 150°C, trop juste pour cuire gâteaux et gratins. Et l’été, pas de flambée. Il fallait un autre appareil. Dans le prochain four, nous avons ajouté des résistances électriques.


Avis d’expert-es : Bois énergie, une ressource durable ?

bois énergie

Au moment où le changement climatique rebat les cartes de l’exploitation forestière, peut-on encore considérer le bois énergie comme une ressource durable ? Peut-on conjuguer utilisation énergétique et biodiversité ?

Alors que les politiques publiques misent sur le développement du bois énergie(1), l’urgence climatique va-t-elle rebattre les cartes de la transition énergétique ? De nouvelles questions émergent : est-il préférable d’entretenir davantage la forêt pour adapter les essences au réchauffement et obtenir une forêt jeune, plus résiliente aux tempêtes, ou bien laisser vieillir les peuplements pour stocker du carbone ? Vaut-il mieux laisser les arbres sur pied  ou les utiliser en substitution de matériaux et d’énergies plus polluants ? Si, aujourd’hui, la forêt joue un rôle clé dans la transition vers l’après-pétrole, des associations écologistes s’inquiètent des dérives possibles.

Alors que la forêt française stocke 15 % des émissions du pays, la notion de « carbone neutre » selon laquelle l’arbre stocke autant de carbone qu’il en relâche à sa combustion est remise en cause. « Le problème est la temporalité, explique Sylvain Augerand, de l’association Canopée. Quand on coupe un arbre pour le brûler, on a une dette carbone. Un nouvel arbre met 50 ans à pousser, alors que c’est maintenant qu’il faut agir. »

La forêt peut-elle encore subvenir à nos besoins ?

Avec 16,8 millions d’hectares, la forêt française a de la ressource. « Même si, depuis cinq ans, la surface semble se stabiliser, ce n’est pas une tendance de fond. Avec la baisse de l’artificialisation et les friches agricoles, l’augmentation des surfaces devrait reprendre », juge Florent Malafosse, chargé de mission chez Solagro. Seuls 50 à 60 % de l’accroissement du volume de bois est prélevé. La ressource est bien présente, mais supportera-t-elle les prévisions du Plan national forêt bois et de la programmation pluriannuelle de l’énergie(2) ?

En 2016, tout usage confondu, 59,5 Mm3 de bois ont été prélevés. En 2026, l’objectif est de 71,5 Mm3, « sans entamer la pérennité de la forêt »(3). Bémol : « La mobilisation nécessite de poursuivre de manière soutenue la remise en gestion des peuplements forestiers, aujourd’hui surcapitalisés ou délaissés par leurs propriétaires. » Autrement dit, explique Mathieu Fleury, du Comité interprofessionnel du bois énergie (Cibe), « nos forêts sont vieillissantes et sous-exploitées. Il faut renouveler les essences et reboiser, naturellement ou par plantation ». Pour France nature environnement (FNE), qui s’est prononcée en faveur de ces chiffres en 2018, le contexte a changé. Adeline Favrel, chargée de mission forêt, justifie : « Avec la crise climatique, le dépérissement des épicéas dans l’Est à cause des scolytes et les sécheresses à répétition, ces chiffres sont dépassés. […]

 

1. La loi prévoit 38 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale de chaleur en 2030, contre 19 % en 2017.
2. www.ecologie.gouv.fr/programmationspluriannuelles-lenergie-ppe
3. Disponibilités forestières pour l’énergie et les matériaux à l’horizon 2035, IGN/FCBA/Ademe, 2016.


Extérieur : Planter du saule pour chauffer sa maison

Planter du saule

Vous avez envie d’être autonome en bois de chauffage, mais vous n’avez pas d’arbres. Alors plantez-en ! Notre journaliste permaculteur vous livre ses conseils pour créer un taillis à très courte rotation.

Après avoir expliqué comment nous gérions notre petite forêt pour être autonome en bois de chauffage, voyons maintenant comment partir de zéro, sur un terrain nu. Le saule peut produire des bûches en seulement cinq ans. Revers de la médaille, il a une faible densité. Ainsi, à pouvoir calorifique égal, il faudra couper, déplacer et stocker plus de volume qu’avec des essences plus classiques. Le saule a également la réputation (non méritée !) d’être un bois de mauvaise qualité thermique qui encrasse les conduits de cheminée (dépôt de créosote).

J’ai contacté le fabricant norvégien Jøtul – c’est la marque de notre poêle – pour lui demander son avis. Avant d’être directeur R&D, Espen Løkkevi  a été responsable du laboratoire de combustion ; j’ai donc eu affaire à quelqu’un qui sait brûler du bois. « Tant qu’il s’agit de bois, vous pouvez utiliser celui de votre choix. Et comme le saule est un bois léger, c’est encore mieux », m’a-t-il répondu avant de rentrer dans les détails(2).

Brûlez n’importe quoi, mais brûlez-le bien

Quel que soit le bois, non traité bien sûr, vous devez le brûler correctement. Pour cela, il doit être bien sec (≤ 20 % d’humidité) et la combustion doit être efficace. Sur le plan scientifique, le bois ne « brûle » pas, il « se dégrade thermiquement ». Une bûche ajoutée à un feu est d’abord chauffée avant que la décomposition pyrolytique se produise, suivie d’une gazéification et, enfin, de la combustion des gaz. Pour que cela se passe correctement, il doit y avoir suffisamment d’air, en bonne quantité et de bonne qualité – turbulent à son arrivée, présence « longue » dans la zone de réaction. Un poêle de qualité est d’ailleurs conçu pour diriger l’air à travers deux circuits, un primaire (au niveau des bûches) et un secondaire (qui améliore l’efficacité de la combustion des gaz afin de produire plus de chaleur et de réduire les émissions).

Lorsque la combustion est efficace, aucune fumée ne sort de la cheminée. Dernière condition : plutôt qu’ajouter des bûches au fur et à mesure, mieux vaut laisser brûler jusqu’à obtention d’un bon lit de braises chaudes, avant d’ajouter la quantité de bois recommandée par le fabricant. Pour en finir avec les préjugés, sachez qu’un morceau de chêne mal brûlé laissera toujours plus de créosote dans votre cheminée qu’un résineux bien brûlé. […]


Extérieur : Gérer un petit bois

Gérer un petit bois

Gérer un petit bois pour chauffer sa maison.

Pourquoi ne pas devenir autonome en bois de chauffage ? Avec un terrain boisé, géré écologiquement, c’est possible. Conseils et retour d’expériences de notre journaliste permaculteur.

Améliorer la santé d’un petit bois, enrichir sa biodiversité, extraire du combustible de chauffage… En suivant une gestion intelligente, il est possible de réaliser tout cela en même temps. La première étape consiste à analyser votre bois. Discutez avec les voisins et consultez les cartes et archives locales pour découvrir une partie de l’histoire du terrain et, surtout, soyez patient. La permaculture invite à observer durant les quatre saisons avant de prendre des décisions. Il est vivement conseillé de surveiller l’état sanitaire et le développement des arbres, la vie biologique du sol, la végétation du sous-bois.

Objectif : voir ce qui est en plein essor et ce qui est en difficulté. Voici comment Gabrielle et moi avons procédé avec notre propre bois.

 


Avis d’experts : Se chauffer au bois attention pollution !

Se chauffer au bois attention pollution

Si le bois est un combustible intéressant pour la transition énergétique, mal utilisé, il peut être polluant. Nos experts font le point sur les bonnes et les mauvaises pratiques de cette énergie de chauffage de nos logements, renouvelable, mais pas anodine.

Le 3 décembre dernier, la préfecture de Haute-Savoie signait un arrêté interdisant, à partir de 2022, l’utilisation des foyers ouverts dans la vallée de l’Arve. En cause, la pollution générée par ce mode de chauffage au bois individuel. « Dans les foyers domestiques de chauffage au bois, la qualité de la combustion est souvent médiocre, entraînant l’émission de nombreux polluants parmi lesquels des particules inférieures à 2,5 μm, qui pénètrent profondément dans les alvéoles pulmonaires », explique Serge Collet, ingénieur étude et recherche à la direction des risques chroniques de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris)*.

Selon les données de 2015 du Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (Citepa), le chauffage au bois individuel contribue en effet aux émissions annuelles de particules inférieures à 2,5 μm à hauteur de 44 %, augmentant le risque de maladies cardio-vasculaires et respiratoires, aux émissions de composés organiques volatiles (COV) comme le benzène – reconnu cancérigène pour l’homme – pour 58 % et aux émissions annuelles d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) – dont certains sont aussi reconnus cancérigènes pour l’homme – pour 59 %. « Le bois est une source d’énergie renouvelable intéressante car, contrairement aux énergies fossiles, il présente un bilan carbone neutre, contribuant ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique. Mais il doit être utilisé dans des conditions permettant une combustion la plus complète possible », poursuit le spécialiste.

Ce n’est pas dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes

Pour cela, remplacer son vieux poêle ou son foyer ouvert par un équipement neuf performant est un premier pas indispensable (cf. graphique). La moitié du parc domestique d’appareils de chauffage au bois se compose en effet d’appareils de plus de 15 ans ou de foyers ouverts, qui présentent des rendements énergétiques faibles et émettent 82 % des particules dues au chauffage au bois !

Le label Flamme verte, géré par le SER et attribué depuis le 1er janvier 2020 aux seuls appareils 7 étoiles, les plus performants, est un critère de choix. « Il répond à une charte de qualité contraignante en termes de rendement énergétique et d’émissions polluantes, avec une démarche d’amélioration continue. Les fabricants sont contrôlés régulièrement par des laboratoires indépendants », affirme Alexandre Roesch, délégué général du SER. Serge Collet regrette cependant que le label ne soit basé que sur des tests réalisés dans des conditions de référence éloignées des conditions réelles.


Reportage : autonome en bois de chauffage

autonome en bois de chauffage

Notre combustible pousse dans le jardin

Vanessa et Nicolas alimentent un poêle bouilleur avec le bois que leur offrent les arbres de leur terrain.

Combien nous coûte notre chauffage ? Un peu de carburant, beaucoup d’huile de coude et une chaîne de tronçonneuse de temps en temps. »

En rénovant cette vieille longère, Vanessa et Nicolas ont atteint l’autonomie en chauffage grâce à leur 8 ha de terrains.

Une bonne partie est en zone humide ou consacrée aux 1 000 poules pondeuses de Vanessa, mais les parcelles boisées suffisent amplement à alimenter le poêle bouilleur qui a remplacé les anciens radiateurs électriques et permet même de produire l’eau chaude sanitaire. Ajoutez des éclairages 100 % LED, un lave-linge à double entrée raccordé directement au chauffe-eau solaire sans avoir besoin d’utiliser sa très énergivore résistance électrique et vous obtenez ainsi une facture d’électricité de « 35 € par mois, dont 20 € d’abonnement, se réjouit le couple. C’est valorisant de constater que ta consommation équivaut à 25 % de la moyenne indiquée par EDF pour un foyer équivalent en taille et en nombre d’habitants! ».

En outre la corvée de bois est loin de les effrayer. « Ça défoule », sourit Vanessa. Un merlin à la main, elle assomme ses coins à bûches jusqu’à avoir le dernier mot. « Le fendage, c’est l’exutoire. Si tu es en colère, tu vas fendre deux ou trois bûches, tu reviens calmé. »

Autre avantage : « Le bois te chauffe trois fois. Quand tu le coupes, quand tu le fends et quand tu le mets dans le poêle.»