Alternatives : Autoconstruire sa tiny house dans un atelier partagé

Alternatives tiny house atelier partage

Tinyland, « l’association des mini-maisons mobiles»,

Au cœur de la Drôme, l’association propose un grand hangar-atelier aux autoconstructeurs de tiny house. Un nid à débrouil­lards solidaires et créatifs. La tôle du hangar renvoie le chant mécanique de la scie sauteuse de Fabien. Emmitouflé dans son anorak, il ajuste les lames de douglas non délignées qu’il a choisies pour le bardage de sa tiny house en forme d’ancienne locomotive. À côté, celle d’Agathe et Anton, plus linéaire, s’est récem­ment parée de menuiseries. Mais la porte d’entrée coince encore. «Je peux emprunter ton tournevis Fabien?», demande Agathe tandis qu’elle se dirige vers l’établi. Plus loin dans le hangar, trois autres tiny hou ses sont en cours de réalisation, celles de Bérangère, d’Arthur et de Stéphanie. Entre Valence et Crest, dans la Drôme, ce grand local est mis à disposition par l’association Tinyland ; afin d’offrir un havre d’entraide et de créativité aux autoconstructeurs de tiny houses.

« Pour poser la fenêtre du haut on s’y est mis à cinq. Heureu­sement que les autres étaient là, raconte Anton. Le fait de ne pas être seuls donne envie de venir bosser ».  D’autant plus en ces jours d’hiver, dans cette plaine encerclée à l’est par le Vercors et au sud par le Mont Miéry.  «On se demande souvent conseil on s’influence », apprécie Fabien. Des mots qui émeuvent Nathalie, à l’origine de cet atelier partagé.


Un atelier partagé pour bricoler le bois

A Lyon, l'atelier partagé Cobois met en commun outils et machines pour travailler le bois. crédit Fabien Ginisty, L'Âge de faire

A Lyon, l’association Cobois compte 350 personnes qui profitent de l’outillage commun pour fabriquer leurs meubles en bois. Une bonne alternative à Ikea ! La voix d’Olivier couvre péniblement le bruit des machines. « Ici, il y a tout ce qu’il faut, tu as accès à des machines professionnelles. » « Ici », c’est un immense hangar du 3e arrondissement de Lyon, quartier Montchat. S’y retrouvent tous types de publics autour du travail du bois: bancs, étagères, niches, escaliers…

« Inventer des choses qu’on ne trouve pas dans le commerce »
Lire la suite