Rénover un appartement, l’urbain contraint

Rénover un appartement

int(0)

Dans un immeuble de Lyon, Claire et Thomas ont jonglé avec les contraintes d’une rénovation en ville et en appartement. Approvisionnement, stockage, voisinage s’ajoutent au fait qu’ils n’ont pas la main sur tout le bâtiment. Pas facile d’atteindre une performance idéale, mais l’amélioration est incontestable.

Rénover un appartement induit des contraintes, pas toujours anticipées

Ni une, ni deux, Claire et Thomas ont signé une promesse d’achat dès la première visite de cet appartement d’un immeuble en mâchefer des années 1920-1930, « avec des cheminées en marbre, de vieux parquets, des moulures… On rêvait d’éléments architecturaux qui font le cachet de cette époque-là et d’y apporter le confort moderne, se réjouit Thomas. D’un point de vue environnemental, je ne suis pas pour la construction neuve. L’habitat écologique, c’est celui qui existe déjà et qu’on retape ». Mais rénover un appartement, qui plus est dans un quartier historique du centre-ville de Lyon, induit des contraintes, pas toujours anticipées…

« Quand on a signé chez la notaire, on lui a parlé de notre projet qui impliquait de démolir tout l’intérieur, se souvient le couple. Elle nous a prévenus que dans ce quartier, plusieurs chantiers ont abattu des cloisons qui ne sont pas censées être porteuses mais, avec le temps et l’affaissement du solivage, elles ont pris en charge et leur retrait a provoqué des accidents sérieux. » Ils font donc venir en urgence un bureau d’études, qui examine le bâtiment et leur donne le feu vert. « Ça a rassuré tout le monde, y compris les voisins ! »

Pour le bien des voisins

Le voisinage est une composante à ne pas négliger dans un immeuble de dix copropriétaires. « On a essayé de ne pas faire de bruit les soirs et week-ends, mais c’est compliqué quand tu bosses la semaine. On demandait régulièrement aux voisins si ce n’était pas trop pénible, retrace Claire. Un seul copropriétaire s’est plaint, quand on descendait les gravats avec les diables dans les escaliers. » Sans compter un robinet qui a fui chez le voisin du dessous. « Garder un point d’eau dans un appartement entièrement remis à nu, c’est compliqué », constate Thomas. Et pour que les bonnes relations perdurent, contrairement aux murs extérieurs isolés en fibre de bois, le mur mitoyen reçoit des panneaux de ouate de cellulose et chanvre (60 mm) pour une meilleure isolation acoustique.

Claire et Thomas, qui ont opté pour une part importante d’autoconstruction, posent pas mal de congés « pour bien avancer durant l’été, quand les voisins étaient partis en vacances…

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Retrouvez cet article dans le Hors-série n°16 : La rénovation performante et écologique

6,90€ + 1 € de frais de port (offerts si + de 2 n°s commandés, réservé à la France métropolitaine).
Version augmentée à 9,90€ : vous recevez un lien de visionnage du webinaire L'isolation écologique en rénovation


Feuilleter
rénovation performante et écologique