array(0) {
}

Courrier des lecteurs

Posez dès maintenant vos questions à la rédaction : contact@lamaisonecologique.com

Traitement des bois extérieurs.

Question :
Traitement des bois extérieurs.
Le bois utilisé à l'extérieur est exposé aux agressions du climat et aux détériorations des agents biologiques (insectes et champignons). S'il est mis en œuvre verticalement en fenêtre ou en bardage, cet emploi est dit de classe 3. Placé horizontalement en terrasse ou en balcon, le bois est soumis à des risques fréquents d'humidification avec stagnation d'eau. C'est alors un usage de classe 4 pour lequel le traitement de préservation doit intéresser la masse du bois et ne pas être uniquement superficiel. Le procédé de traitement préventif en autoclave, par utilisation du vide et de la pression, permet la pénétration profonde des produits vers le cœur du bois. Un séchage de 15 jours à température ambiante (20 °C) ou de 2 heures à haute température (100 °C) permet ensuite la fixation des produits. Selon l'Institut national de recherche et sécurité (INRS), si l'injection sous pression et surtout le séchage ont été convenablement effectués, la fixation est assurée entre 98 et 99 %. Le risque de lessivage par la pluie ou d'exposition par contact cutané est ainsi réduit. Un lavage des bois est toutefois préconisé avant la mise en œuvre par les utilisateurs. Les produits de traitement utilisés en autoclave sont très divers. Il convient donc d'être informé des substances employées. Il y a tout d'abord les créosotes, issues de la distillation des goudrons de houille et classées cancérogènes probables, notamment de la peau. Depuis l'arrêté du 2 juin 2003, la vente aux particuliers du bois traité avec ces produits est interdite. Un autre traitement très répandu est un mélange de sels métalliques CCA comprenant du cuivre (fongicide) qui donne une couleur verte au bois, de l'arsenic (insecticide) et du chrome (fixateur du cuivre et de l'arsenic délavables en milieu humide). Depuis le décret du 17 novembre 2004, les bois traités à l’arsenic, cancérogène certain, sont interdits de mise sur le marché. Par dérogation, les produits CCA ont encore des utilisations professionnelles qui excluent le contact avec le public, en particulier les enfants. Un étiquetage mentionnant la présence d'arsenic est obligatoire. Il existe d'autres compositions sans arsenic, les CCB (cuivre, chrome, bore) ou CCF (cuivre, chrome, fluor). Pour diminuer la toxicité humaine et environnementale, des traitements actuellement proposés sont sans chrome et sans arsenic pour les bois de classe 4. Certains ne contiennent que du cuivre et des ammoniums quaternaires. D'autres associent cuivre, acide borique et fongicides triazoles. Les déchets de bois traités ne doivent être ni abandonnés, ni brûlés à l’air libre. Stockés séparément des déchets non pollués, ils sont collectés par des prestataires spécialisés. Ils sont soit recyclés dans la fabrication de panneaux de bois soit incinérés en usine traitant les déchets dangereux. En effet, ils ne peuvent intégrer la catégorie “biomasse", ni les décharges de classe 1, les déchets de bois n'étant pas considérés comme des déchets inertes ou ultimes au sens de la réglementation. De nouvelles alternatives de préservation des bois d'extérieur confèrent une plus grande biodégradabilité du matériau en fin de vie : bois chauffé à haute température dont un des procédés est le bois rétifié®, bois thermo-huilé, bois acétylé, bientôt bois traité à l'ASAM, dérivé de l'huile de colza. Quant aux bois en provenance des pays de l'Est, il n'y a pas de contrôle de leur traitement. Pour cette raison, le CTBA (Centre technique du bois et de l'ameublement) préconise de demander des bois traités avec certificat CTB P+ pour le produit et CTB B+ pour le procédé. Mais, même avec les produits CTB P+, une information sur le type de traitement reste toujours utile puisque cette marque est délivrée, au moins jusqu'à fin 2008, à des produits à destination professionnelle type CCA, CCB, créosotes. Réponse du Dr. Suzanne Déoux, expert Santé Environnement bâti, co-auteur du Guide de l’Habitat Sain, éditions Médieco.

Comment isoler avec un enduit terre-paille des murs en pierre préenduits de plâtre?

Question :
Comment procéder pour isoler avec un enduit terre-paille des murs intérieurs en pierre préenduits d'une fine couche de plâtre ?
Tout d'abord, concernant l'isolation avec un enduit terre, sachez que pour que l'enduit ait un réel pouvoir isolant, il faut que la proportion des fibres (le chanvre est plus performant que la paille) soit assez importante et l'épaisseur conséquente (entre 6 et 15 cm), ce qui implique un poids important et donc une accroche nécessairement bonne. Le plâtre est un matériau très absorbant et assez lisse, donc il présente une accroche moyenne pour l'enduit terre. Pour les plaques et enduits de plâtre, le mieux est donc de les préparer avec une sous-couche du type Facim (produit respirant à base de chaux) de la marque Weber et Broutin évoqué dans le dossier du numéro 50 de La Maison écologique. Pensez au préalable à strier le plâtre pour favoriser l'accroche de la sous-couche. Ne lissez pas la sous-couche Facim ; conserver les aspérités améliorera l'accroche de la terre. Autre solution, la location d'un perforateur pour enlever la fine couche de plâtre et poser l'enduit directement sur la pierre après avoir quand même projeté un gobetis de terre. Réponse de Sylvain Moréteau auteur du dossier Enduits Terre, La Maison écologique n°50 avril-mai 2009

Filtrer l’eau de douche : comment filtrer le chlore, le calcaire, les métaux [...]

Question :
Filtrer l’eau de douche : comment filtrer le chlore, le calcaire, les métaux lourds, etc., avec lesquels on s’arrose de la tête aux pieds ?
Effectivement, il est utile de filtrer l’eau du réseau, souvent très chargée en chlore, aux points de puisage de la salle de bains. Pour cela, placez aux arrivées d’eau des filtres à charbon actif et/ou système KDF (système d’oxydoréduction avec alliage de métaux). Ils sont commercialisés en magasins bio ou sur Internet sous les marques CIDT, Doulton ou Sprite Industries, pour pommeau de douche ou robinet de baignoire. Il est aussi possible d’installer un filtre à sédiments et charbon actif à l’entrée du circuit d’eau potable de la maison. Il permet d’arrêter bactéries, chlore et pesticides de façon suffisamment efficace pour l’utilisation sanitaire en salle de bains. Ces filtres à sédiments sont généralement disponibles en magasins de bricolage au rayon plomberie. Dans tous les cas, les filtres sont à renouveler, selon la consommation d’eau, dans un délai de 6 mois à un an. Réponse de Béatrice Méra, rédactrice du dossier En quête d’eau pure La Maison écologique numéro 38 avril-mai 2007

Chauffe-eau solaire… électrique, et douche du soir... Comment gérer l'alimentation électrique?

Question :
Chauffe-eau solaire… électrique, et douche du soir... Comment gérer au mieux l'alimentation électrique ?
Pour que votre chauffe-eau solaire utilise au maximum le soleil et que vous puissiez prendre vos douches le soir, il faut installer une horloge sur le tableau électrique qui commande la résistance électrique. En pratique, cette horloge peut être réglée à partir de 16 heures car, en hiver, il n’y a plus assez de soleil à partir de cette heure-là pour chauffer l’eau. Si la journée a été suffisamment ensoleillée, l’horloge déclenchera la résistance, mais en fait celle-ci ne se mettra pas en route car la régulation interne au chauffe-eau solaire lui « dira » que la température désirée est déjà atteinte. À l’inverse, si la journée n’a pas été suffisamment ensoleillée, la résistance s’activera, et en deux ou trois heures le ballon sera chaud pour la douche du soir.  Un professionnel peut réaliser cette installation sur la base d’une heure et demie de travail, à laquelle il faut ajouter le matériel : horloge, relais et protection de 2 ampères. Réponse de Simon Hingamp, installateur solaire (HP Energetik, 35)

Les conduites en matière plastique transportant l’air jusque dans la maison sont elles dangereuses?

Question :
Suite à l’article « Installer un puits canadien » de notre numéro 51, nous avons reçu un courrier nous alertant des dangers potentiels des conduites en matière plastique transportant l’air jusque dans la maison. Elles seraient à l’origine d’une ionisation positive des molécules de l’air. Qu’en est-il ?
Les phénomènes naturels produisent une grande quantité d’ions négatifs (orages, chutes d’eau, vent…). À l’inverse, les phénomènes artificiels ont plutôt tendance à produire des ions positifs. Ainsi, les lieux les plus pollués par les composés organiques volatils (issus de la fumée de cigarette, des colles, des peintures…) ou autres particules sont souvent pauvres en ions négatifs et chargés d’ions positifs. Les effets physiologiques bénéfiques des ions négatifs ont été mis en évidence sur des animaux en laboratoire, mais pas encore sur l’Homme. Certains en concluent que les ions négatifs sont un plus pour la santé, d’autres préfèrent simplement parler de révélateur d’une bonne qualité de l’air.  Dans le cas d’un puits canadien, qui véhicule de l’air dans des conduites le plus souvent en plastique, le revêtement peut absorber les ions négatifs, voire même produire des ions positifs. La quantité d’ions positifs ainsi produits doit tout de même être relativisée au regard des autres sources bien plus actives dans les habitations : matériaux émetteurs de composés organiques volatils, appareils électriques…  Mais si ces ions positifs vous inquiètent, il y a tout de même quelques alternatives : mettre des plantes vertes dans la maison (elles absorbent ces particules), utiliser des conduites en plastique de qualité alimentaire (avec un revêtement antistatique) qui sont peu conductrices et annulent ainsi le phénomène d’ionisation positive, voire des conduites en grès. Réponse de Frédéric Loyau, du bureau d’études Fiabitat Concept (www.fiabitat.com)

Comment fait-on pour éviter les percements du frein-vapeur dus aux clous ou aux vis ?

Question :
Des p’tits trous, des p’tits trous… Dans le cadre d’une construction étanche à l’air, comment fait-on pour éviter les petits percements du frein-vapeur dus aux clous ou aux vis assurant la tenue du revêtement intérieur (lambris, panneaux de plâtre…) ?
Si l’objectif de performance n’est pas le niveau passif, mais seulement la RT2005 ou le label BBC, alors l’agrafage du pare-vapeur ou le vissage d’éléments au travers n’influera pas sur le résultat du test d’étanchéité. En revanche, si on veut un bâtiment passif, il faut alors prêter plus d’attention à ces microfuites. Ainsi, lors de l’agrafage du frein-vapeur, il convient de positionner au mieux la membrane dès le début pour ne pas avoir à la décrocher à plusieurs reprises et ainsi laisser libres des petits trous. Un charpentier spécialisé dans la construction passive préfère utiliser un adhésif étanche par-dessus les agrafes placées près de la panne sablière en toiture. Il estime que le retrait du bois risque de faire bouger le frein-vapeur et d’agrandir les trous des agrafes. Plus simple encore, il existe des solutions de pose des membranes avec de l’adhésif double face. Quant aux microfuites dues au vissage de tasseaux, elles sont minimes, car le bois est plaqué contre le frein-vapeur de telle sorte qu’il n’y a pas de passage d’air. Réponse de Delphine Saint-Quentin, du bureau d’études nantais Wigwam, spécialiste de l’étanchéité à l’air.

Brûleur à granulés adaptables sur chaudière fioul.

Question :
Brûleur à granulés : point de vue d'un professionnel, suite à la parution de notre article sur les brûleurs à granulés de bois adaptables sur une chaudière fioul (dossier du n° 54).
Je fais partie des installateurs réticents à adapter des brûleurs granulés sur une chaudière fioul. La principale raison m’incitant à être prudent est que la suie du granulé est plus épaisse, beaucoup plus volumineuse que celle du fioul. Or, une épaisseur de suie sur les parois (de l’échangeur) isole et donc diminue d’autant le rendement. Dans les chaudières granulés sont intégrés des tubulateurs qui nettoient automatiquement l’échangeur, une fonction qui n’existe pas sur les chaudières fioul. Par conséquent l’utilisateur devra nettoyer plus fréquemment sa chaudière si elle est équipée d’un brûleur granulés. Cela pourra vite devenir une corvée s’il ne se rend pas compte du travail que cela représente et de sa fréquence. Le but est de se chauffer et pas de pester continuellement contre sa chaudière ! Un nettoyage complet (comptez 1 h 30) s’impose ainsi tous les deux mois, voire une fois par mois, c’est-à-dire au minimum 3 à 4 fois pendant la saison de chauffe. Ceci dit, on peut nettoyer soi-même sa chaudière, il suffit de s’équiper d’un masque de protection, d’une brosse métallique et d’un peu de courage. Jean-François Jéhanno chauffagiste et installateur Qualibois à Domloup (35)

Colle de peau de lapin : la recette.

Question :
Suite à notre dernier dossier sur les peintures naturelles, un de nos lecteurs, peintre professionnel, a souhaité nous communiquer sa recette de peinture à la colle pour boiserie.
Une technique traditionnelle utilisée dans les ateliers de dorure et de peinture à la colle : - 60 g de colle de peau fondue dans 0,45 L d’eau = colle forte ou colle de base. - Encoller le support avec cette colle forte bien chaude (50 °C) et teintée avec du blanc de Meudon (pour bien visualiser la surface couverte). -Préparer ensuite les pigments en les mélangeant en phase « sèche » au blanc de Meudon, sans aller au-delà de 30 % du volume du blanc de Meudon. - La peinture elle-même est composée de la colle de base diluée avec 2/3 d’eau, à laquelle s’ajoute le mélange pigments/blanc de Meudon. Le principe est d’aller du plus concentré au plus dilué et de travailler avec une colle de moins en moins chaude couche après couche, de 50 à 30 °C. Une fois la peinture sèche, cirer. Romain Gamet, artisan peintre à Pacé (35).

Quel panneau de bois pour le lit de mon enfant ? PXD, OSB, que choisir ?

Question :
Quel panneau de bois pour le lit de mon enfant ? PXD, OSB, que choisir ?
Le PXD ne me semble pas être la solution car il ne fait que 9 mm d’épaisseur et possède une face très structurée, à moins de contrecoller deux panneaux pour aboutir à 18 mm, mais c’est un gros travail… Plutôt que l’OSB, le DFP16 pourrait être une réponse. C’est un panneau dont le taux de formaldéhyde est inférieur à celui du bois naturel, qui fait 16 mm d’épaisseur, et a deux faces très lisses, donc faciles à peindre. Seule petite réserve sa densité de 550 kg/m3 qui ne permettra pas des portées importantes, mais dans le cas du lit-rangement, il sera facile de créer des cloisonnements qui soutiendront les panneaux. Ce produit est fabriqué au Luxembourg et relayé en France par Fibranatur. Réponse de Michel Doudard, Eco Sain Habitat (35) magasin distributeur d’écomatériaux.

Faut-il craindre les rongeurs dans l’isolation paille ?

Question :
Faut-il craindre les rongeurs dans l’isolation paille ?
Les rongeurs, comme les humains, aiment être au chaud l’hiver ! Mais rassurez-vous, ces animaux ne mangent pas la paille, ils cherchent seulement à nicher. Bien sûr, s’il reste des grains, ils seront d’autant plus tentés de venir vous coloniser. Lors de la mise en œuvre des parois en paille, il faut apporter un soin particulier aux finitions pour éviter les passages possibles de ces petites bêtes. Les enduits terre ou chaux offrent une bonne réponse à ce problème. Pour le cas d'un grenier, je ne vous conseille pas l’utilisation de répulsif chimique. Il vaudrait mieux bien retravailler les bottes au préalable pour qu’elles soient le plus rectangulaire possible. Avant la mise en place de la paille, on positionne un frein vapeur bien tendu au sol. Les bottes de paille sont installées bien serrées, en force, de sorte qu’il n’y ait pas d’espace entre elles (source de fuites thermiques et abris pour les indésirables). On peut passer quelques heures à bien reboucher les interstices. Pour une isolation durable, je conseille de réaliser un enduit de protection de 3 à 4 cm en soignant la liaison sol/mur. Si le mur est en moellons, il faudra d’abord refaire les joints ou réaliser un enduit sur la hauteur de l’isolant Réponse d’Hervé Galès, conseiller et formateur en écohabitat (35)