Podcast 20 ans LME – Erwan et Hugo Peron, architectes

Erwan et Hugo Peron

Voici nouvel épisode des podcasts réalisés autour des 20 ans du magazine La Maison écologique. Aujourd’hui nous vous proposons un format un peu différent avec une interview croisée d’Erwan Péron designer et architecte d’intérieur et son fils Hugo, étudiant en architecture.

Erwan et Hugo pouvez-vous vous présenter ?

Erwan Péron : J’ai fait des études de design pur, c’est-à-dire design produits. J’ai travaillé pendant 10 ans dans l’industrie du meuble. En 2006, j’ai voulu prendre un virage, passer du design produit ou design de l’espace. Le point de départ a été un concours pour refaire la mairie de Dinan. Je suis donc passé au design de l’intérieur. Aujourd’hui 80 % de notre activité résident dans l’architecture intérieure. De plus en plus de personnes veulent être bien chez elle et accordent de l’importance à l’intérieur. L’agence design Erwan Péron existe donc depuis 2006. Nous sommes six personnes. Une est toujours dédiée au design pur, pour accompagner les éditeurs comme Roche Bobois ou Turrini et dans l’objet pour la coutellerie française.

Hugo Péron : Depuis le collège j’avais envie de faire de l’architecture. C’était un métier dans lequel j’arrivais à me projeter. Cela s’est confirmé par mes souhaits de créer des imaginaires, des lieux et d’en dessiner les plans. Mais pas forcément pour de l’habitat, pour des évènements aussi. Aujourd’hui, je suis en 4e année d’architecture à Nantes. Sur les 5 ans, cette année est celle de l’autonomie et de la recherche de ce que l’on souhaite vraiment faire après le diplôme.

Aujourd’hui nous allons donc parler architecture intérieure et d’architecture autour de l’habitat écologique. Erwan, dans ton métier, il y a un fil rouge autour de l’écoconception, peux-tu partager ta vision avec nous ?

L’intérieur regroupe de nombreux domaines (artisans, artisanats), et diverses matières entre, les sols, les murs, la lumière… Il y a des secteurs dans lesquels nous pouvons facilement impacter la prise en compte écologique, notamment sur la partie mobilier. Par contre, il y en a d’autres pour lesquels nous avons plus de difficultés à amener nos clients, et surtout à leur faire prendre conscience que leurs choix ont un impact sur l’environnement, ou sur ce qui les touche directement. Ce qui est intéressant, c’est que dans chaque projet, il y a une part de sensibilisation, d’éducation. Nous pouvons proposer des solutions en matière d’isolation thermique, phonique et cela jusqu’aux moindres détails en allant jusqu’au mobilier. Celui-ci sera le point de liaison entre la structure et leur vie courante.

Très souvent, la notion d’écologie parle à tout le monde. Mais pour entrer dans le concret et comprendre les impacts des matériaux, ou les incidences de leur recyclage par exemple, on constate que peu de gens connaissent. D’où l’importance de faire de la pédagogie. Par contre, dans tous les cas il y a de l’écoute et de l’intérêt. C’est donc la première étape pour l’intérieur, avant même de rentrer dans le choix des matériaux finaux ou le dessin du meuble. La pédagogie est la première phase de l’écoconception.

Nous nous approprions l’écoconception dans la phase de conception d’un intérieur ou d’un objet. Mais le plus impactant sur l’environnement c’est la durée dans le temps. Nous devons créer quelque chose de pérenne qui n’est pas daté dans le temps. Le style ne fera donc pas partie de la tendance mais sera intemporel pour traverser le temps. Ce n’est donc pas seulement la matière qui a un impact sur l’environnement, le style compte aussi. Avoir un intérieur qui dure dans le temps, qu’on n’aura pas envie de changer dans 10 ans c’est important. Il faut donc pour cela revenir à des codes naturels, un vrai bois, une vraie ardoise, par exemple.

Hugo comment te sens-tu sensibilisé à l’habitat écologique dans ton école ?

Dans le cadre de l’école, nous avons une grande latitude quant à notre sensibilité sur cette question. Nous avons le choix de l’apporter avec nous dans nos projets, nos recherches, mais nous pouvons aussi ne pas s’en approcher. Au fur et à mesure des années, nous avons des enseignements davantage portés sur ces sujets. Nous pouvons nous en imprégner et faire nos recherches pour rencontrer des artisans ou faire des recherches sur Internet. Je trouve que ce qui se joue à l’école c’est ce que chacun connaît, découvre dans ses recherches et partage avec les autres. C’est valable pour l’écologie dans le sens respect de l’environnement et des matériaux. C’est aussi valable  dans le respect de ce qui nous entoure, humain ou non humain. Il y a de nombreuses questions qui sont soulevées sur ces sujets par les élèves et qui viennent nourrir nos réflexions.

Comment voyez-vous le fait de réunir architecture et architecture d’intérieur pour un habitat écologique ?

Hugo : pour moi, c’est peut-être un peu fort, mais par rapport à nos recherches théoriques, nous devons réfléchir à la frugalité. Ce terme regroupe beaucoup de notions et incarne du sens. Jusqu’ici je voyais les choses d’un peu loin, avec un point de vue un peu techniciste. Aujourd’hui, je suis plus tourné vers cette frugalité, faire moins mais mieux. Cette notion de sobriété nous anime dans nos projets, cela devient notre fil rouge. Pour moi, l’architecture et l’architecture intérieure de demain doivent se faire l’étendard de cette frugalité heureuse.

Erwan : Nous sommes de générations différentes, mais mon passé en Afrique pendant 18 ans, m’a forgé autour de cette simplicité et la nature. Tout ce que je dessine est lié à la nature. Pour rejoindre ce que dit Hugo, je dirais que l’intérieur doit se tourner vers l’essentiel, ce qui nous rattache et nous rend heureux. Ce n’est pas vivre dans une boîte vide, sinon cela n’a pas de sens. Il faut des éléments qui apportent du plaisir. La fonctionnalité doit être maîtrisée, essentielle, ce dire est-ce bien utile ? Le plaisir est important, l’art par exemple est “non essentiel” mais il nous apporte beaucoup de plaisir. Il faut donc aller vers le moins, le mieux, et finalement l’essentiel.

Avez-vous pour conclure, un mot, un souhait pour l’équipe de la rédaction de La Maison écologique qui fête ses 20 ans ?

Hugo : Je les applaudis. Bravo d’exister depuis 20 ans, je trouve ça vraiment chouette. Qu’il soit présent dans la bibliothèque de mon école, c’est un vrai plus. Ce sont ces supports et les travaux des étudiants précédents qui ont provoqué ce déclic et le fait que je me sente vraiment concerné par ce sujet de la frugalité. Merci en tout cas à ces étudiants qui se sont posés ces questions. Merci aux enquêteurs du magazine et aux personnes du terrain, qui portent ces paroles et les traduisent au plus grand nombre. C’est vraiment super.

Erwan : longue vie et ce serait super si on pouvait refaire un podcast dans 20 ans !

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest